Discussion autour de l’anarchiste illégaliste Alexandre Marius Jacob

Rennes
Cultures - Contre-cultures Répression - Justice - Prison

Anarchiste de la Belle-Époque, illégaliste et insoumis, Alexandre Marius Jacob est de ces figures exemplaires que l’histoire a trop souvent laissées dans l’ombre.

Sa vie riche et mouvementée - marin, cambrioleur, bagnard, propagandiste, forain - est celle d’un révolté qui a toujours eu le souci de concilier une théorie et une action politiques radicales avec un haut niveau d’exigence éthique. Défenseur d’une position anarchiste au sein d’un mouvement ouvrier en butte à la répression féroce du début du XXe siècle, adepte de la propagande par le fait tout en refusant la tactique terroriste, il monte le groupe des "Travailleurs de la nuit", dont le but est l’expropriation des exploiteurs. On lui attribue ainsi entre 100 et 500 cambriolages brillant d’ingéniosité et d’humour, dont il reversera presque intégralement les fruits au mouvement ouvrier, vivant lui-même dans le dénuement propre à la classe à laquelle il appartient et dont il tient à partager les conditions d’existence.
Il paiera cher son illégalisme. Jugé au procès d’Amiens en 1906 pour 156 cambriolages et le meurtre d’un agent de police après une opération qui a mal tourné, il tiendra une ligne de défense sans compromis dans une ville en état de siège. La déclaration qu’il fera à son procès, souvent rééditée sous le titre "Pourquoi j’ai cambriolé", est un modèle en ce sens. Il écopera de longues années de bagne à Cayenne, dont il reviendra sans avoir cédé d’un pouce sur ses convictions pour continuer à mener une activité de propagandiste.
Jean-Marc Delpech est l’auteur de plusieurs biographies sur Alexandre Marius Jacob, dont "Alexandre Jacob, l’honnête cambrioleur. Portrait d’un anarchiste (1879-1954)" et "Voleur et anarchiste - Alexandre Marius Jacob". Il viendra présenter son travail sur la vie de cet infatigable révolté. La présentation pourra être suivie d’une discussion pour approfondir les questions soulevées par son parcours, tant sur la nature du mouvement ouvrier du début du XXe siècle que sur les rapports entre stratégies individuelles et collectives dans le constitution d’un mouvement révolutionnaire.

Rendez-vous le jeudi 1er Mars à 18h30 à la Maison de la Grève, 37 rue Legraverend à Rennes.

P.-S.

Pour plus d’informations sur Alexandre Marius Jacob :
Souvenirs d’un révolté, texte intégral http://www.non-fides.fr/?Souvenirs-d-un-revolte
Pourquoi j’ai cambriolé, Germinal, 19 mars 1905, texte intégral http://www.non-fides.fr/?Pourquoi-j-ai-cambriole

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Cultures - Contre-cultures » :

> Tous les articles "Cultures - Contre-cultures"

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

 !" >Toutes et tous à Nantes dimanche 21 juin !

15H, Miroir d’eau, à l’appel des proches de Steve, une marche en hommage 18H, Quai de la Fosse, un appel à la « résistance festive » émanent du milieu teuf 21H, au mémorial du Quai de la Fosse, danse, musique, et carnaval

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter