Le fascisme s’installe en France... et si la Bretagne mettait les voiles ?!

Antifascismes - Extrêmes droite Ecologies - Aménagement du territoire

Après avoir saturé le champs médiatique national, imposé ses mots et analyses jusque dans la bouche des politiciens dits « progressistes », après avoir considérablement augmenté son influence à l’Assemblée nationale ces derniers jours, le fascisme s’installe toujours plus vite et fort en France. Dans les rues et sur les réseaux, l’extrême-droite fasciste est décomplexée, et la police, où l’extrême-droite est majoritaire, en roue libre. La résistance antifasciste semble en mauvaise posture. Les années à venir vont être sombre, pour l’écologie, les minorités et les opposant.es politiques.

Bretagne, terre d’accueil des exilé.es et victimes du fascisme

Mais le fascisme n’est pas installé partout de la même façon. En Bretagne, en Euskadi, dans des « Territoires d’Outre-Mer », où l’influence des mouvements dits « autonomistes » ou « indépendantistes » est importante, la poussée fasciste est contenue, pour le moment. Et ce n’est pas un hasard si, au niveau européen, on retrouve ce phénomène dans des pays en plein processus d’émancipation : en Écosse, au Pays de Galles, ou en Catalogne (qui a éjecté Valls, où le Partido Popular et Vox sont marginaux). Le fascisme n’y perce pas autant car il y a un autre horizon partagé, celui de l’indépendance.

Alors que de plus en plus d’électeurs.trices français.es (mais aussi d’abstentionnistes, ne nous y trompons pas) s’accommodent ou soutiennent le fascisme, que la France se fait absorber par les thèses d’extrême-droite, en Bretagne, nous allons une nouvelle fois devoir subir une politique française fascisante que nous n’avons pas souhaitée, ou du moins pas aussi massivement. Au vu des cartes, à chaque élection, on pourrait même se demander si la Bretagne ne fait pas que retarder l’avancée de l’extrême-droite « classique » de Le Pen, qui est déjà omniprésente en France, hormis en Euskadi, dans quelques zones et métropoles.

Alors, puisqu’une grande partie de la France souhaite visiblement installer un pouvoir fasciste, n’est-il pas grand temps de mettre les voiles ? De prendre notre indépendance, de nous concentrer sur l’élaboration d’une société bretonne émancipatrice, et de décréter la Bretagne terre d’accueil et d’asile pour toutes les victimes du fascisme ?

L’indépendantisme comme contre-feux écologiste, féministe et libertaire

Certes, l’indépendance n’est pas synonyme de victoire du mouvement libertaire. Il y aura à affronter la mise en place d’un Etat, capitaliste et destructeur de l’environnement, mais le rapport de force ne sera clairement pas aussi désespéré qu’il ne l’est aujourd’hui en France. En Bretagne, les mobilisations citoyennes en faveur de l’environnement, des minorités, de l’accueil des exilé.es sont fortes et bien ancrées. Suffisamment pour que les débats politiques régionaux évitent (pour le moement) les thèmes montés en épingles par l’extrême-droite, et se concentrent sur des sujets potentiellement porteurs d’émancipation sociale et écologique (droit au logement, transports publiques, remise en cause du système agro-alimentaire, enseignement et vie de la langue bretonne et gallaise…).

C’est palpable : en Bretagne, le processus d’émancipation vis-à-vis de Paris est déjà en cours. Il gagne peu à peu l’ensemble de la sphère politicienne bretonne, sans forcément se l’avouer, et est déjà bien réel dans les mouvements anticapitalistes. Que ce soit dans les luttes contre des grands projets industriels inutiles, en faveur de l’agriculture paysanne et écologique, du féminisme, du logement pour tout.es, de l’accueil des exilé.es (etc.), on retrouve déjà de plus en plus de militant.es acquis.es à l’idée de l’indépendance. Ce n’est pas un hasard non plus si, dans les milieux de défense de la langue bretonne, dans le réseau des écoles Diwan et Divyezh, on retrouve quantité de militant.es écologistes, libertaires et anticapitalistes de tous poils. L’idée d’indépendance s’impose parfois par constat de l’impossibilité de faire comprendre à la République Française que la minorité brittophone a des droits, et que sa langue n’est pas repli sur soi mais ouverture sur l’Autre. Mais cette idée séduit aussi parce qu’elle ouvre l’horizon des possibles… Et dans une période où le fascisme étouffe tout, cette porte ouverte est une bouffée d’air.

L’indépendantisme peut aussi couper l’herbe sous le pied de l’extrême-droite française : pris à leur propre piège identitaire, les fascistes bretons qui agitent des drapeaux français en criant « on est chez nous ! » font très hors sol lorsqu’ils se heurtent à une contre-manifestation d’antifascistes qui lui hurle « faskourien, er maez » avant d’entamer quelques pas de gavotte spontanément...

Bref. L’indépendance n’est en aucun cas la solution miracle, et ne sert à rien si elle ne s’accompagne pas de projet de société écologiste, féministe et libertaire. Un tel combat doit aussi garder en tête qu’une extrême-droite bretonne, bien que marginale, est toujours à l’affût. Mais au moins, en s’engouffrant sur le terrain de l’indépendance, nous ouvrons un contre-feux auquel ni les fascistes ni les bourgeois ne s’attendent. Sur ce terrain, nous parlons une langue qu’ils ne comprennent pas, nous sommes en totale possession de nos imaginaires.

Et si c’était ça, notre horizon émancipateur ?

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Ecologies - Aménagement du territoire » :

En Vendée, une action nocturne pour débâcher les méga-bassines

Alors que l’eau se fait rare, dans le sud de la Vendée, des « jardiniers, pêcheurs et amoureux des cours d’eaux » ont décidé de passer à l’action il y a quelques jours, en débâchant deux méga-bassines. Communiqué pécho sur le site "l’âge de...

> Tous les articles "Ecologies - Aménagement du territoire"

Derniers articles de la thématique « Antifascismes - Extrêmes droite » :

Face au fascisme, face à la débandade électorale, face aux impasses :

Réarmons le syndicalisme ! Durcissons les luttes de classe ! Le 1er mai approche. Nous sommes nombreux-ses à avoir en tête le dernier, inquiétant sur l’état de décomposition de certaines franges du mouvement social. Engagerons nous dans la construction d’un syndicalisme combatif, fort et autogestionnaire ...

> Tous les articles "Antifascismes - Extrêmes droite"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter