Manifestation unitaire contre la fin de la trêve hivernale et les expulsions

Samedi 30 mars, dans plusieurs villes de France, auront lieu des manifestations inter-associatives contre la fin de la trêve hivernale et pour l’arrêt des expulsions - locatives ou squat !

Cette année, les associations et collectifs de soutien aux locataires et habitant.e.s menacé.e.s d’expulsions sont rejoints par les gilets jaunes, suite à une décision de l’AG des Gilets Jaunes à Rennes !

Appel des habitant·es d’Estrémadure

English below

Nous sommes des immigré.es, et sommes venu.es ici à la recherche d’une meilleure vie, mais nous ne l’avons pas trouvée. Nous voulons simplement une vie normale. Nous avons quitté nos pays à cause de mauvaises situations différentes, et aujourd’hui nous sommes ici.

Certaines personnes viennent d’Afrique, d’autre d’Asie, d’autres d’Europe, nous avons traversé des déserts, la mer, des montagnes. Nous avons perdu nos frères, nos familles sur la route. Dans les endroits que nous avons traversés, nous n’avons pas été traité.es comme des humains, mais parfois comme des animaux.

Maintenant nous sommes ici car nous voulons être traité.es comme des êtres humains, avoir une vie normale comme tout le monde.

Nous avons passé beaucoup de temps dans la rue, en France, parfois en luttant pour de la nourriture, de l’eau, et de la chaleur pour dormir car dehors il fait froid.

Après un long moment, le 17 octobre nous sommes entré.es dans le bâtiment du 4 allée d’Estrémadure, qui était vide, mais dans cet immeuble nous ne sommes pas bien installé.es, car beaucoup de personnes y vivent. C’est difficile de vivre à 4 personnes dans une chambre car nous sommes dans des situations différentes : familles, handicaps…

Nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons, nous ne pouvons pas inviter des personnes car nous sommes beaucoup dans nos chambres. Cette situation collective rend nos problèmes personnels encore plus compliqués.

Le bâtiment d’Estrémadure a une convention avec Archipel (le propriétaire) jusqu’au 31 mars, qui est aussi la date de la fin de l’hiver et de la trève hivernale. Nous sommes menacé.es d’expulsion, et nous espérons que cela n’arrivera pas car nous avons déjà vécu dans la rue et nous savons que la situation dans la rue est dure et difficile.

La rue c’est la rue, que ce soit en hiver, au printemps ou en été. En 2018, 566 personnes y sont mortes, nous ne voulons pas connaitre la même situation que nos frères morts. Ils sont morts lors de différentes saisons. De plus, certaines personnes sont malades ici et plus le seront dans la rue.

Nous ne sommes pas d’accord avec la décision de la Mairie de donner des logements à certaines personnes et en écarter d’autres. Car quand on est venu.es ici dans cet immeuble, nous ne savions rien des différentes procédures des personnes. Nous sommes venu.es pour nous protéger du soleil et de la pluie. Nous voulions juste un toit. S’il doit y avoir une solution, cela doit être pour tout le monde, car nous sommes touTEs dans la même situation, comme nous l’avons toujours répété.

Avant d’arriver en France, nous étions citoyen.nes, et après être arrivé.es nous avons été choqué.es car nous sommes devenu.es sans abri, en dormant dans la rue et en cherchant à manger et à boire. Nous ne pensions pas que la vie en France allait être si dure pour nous, car c’est un des pays les plus grands au monde.

Si les personnes de la Préfecture venaient dans nos pays, ils seraient accueillis avec haute sécurité et des logements. Alors que nous, nous sommes venu.es ici et nous dormons dans la rue.

Nous ne voyons pas le problème de rester dans cet immeuble. On veut rester ici jusqu’à avoir une vie normale.

Nous demandons au gouvernement français, à la Mairie à Rennes et à la Préfecture de rester dans cet immeuble jusqu’à avoir une solution pour tout le monde.

Nous demandons aux personnes françaises de nous soutenir dans notre combat pour une vie normale.

Call-out of the occupants of Estrémadure

We are immigrants, we came here to look for a better life, but we don’t have it, we just want normal life. We leave our countries because of different bad situations and today we are here. Some people are from Africa, other from Asia, other from Europe, we cross deserts, we cross the sea, we cross moutains. We lost our Brothers and families on the road. In the places we were passing, we were not treated like humans, sometimes like animals. Now we are here because we want to be treated like human beings and have a normal life as everybody.

We spend long time sleeping in the street in France, sometime fighting for food, water, and warm house to sleep because outside it’s cold. After long time, in 17th of october we came in this building which was empty at 4 allée d’Estrémadure ; and Inside this house we are not confortable until this time because there is so much people Inside. It is hard to be 4 people in one room because we have différents situations, families, handicaps… We can’t do what we want, we can’t invit people because we are many in one room. This collective situation increase our personal problems.

This buiilding has contract with Archipel (the owner) until 31st of March which is the end of the winter. We are threatened to be expulsed, and we dont hope that to happen because we already have lived in the streets and we know that situation in the street is so hard and so difficult. Street is sreet, if it’s during winter, spring or summer. In 2018, 566 people are dead in the street, we dont want the same situation of our Brothers who died in streets. They died in different seasons. Even more some people are sick here and in the sreet more will be.

We dont agree with the decision of the Mairie to give some people houses and let off some people. Because when we came on this house we didnt know any procedure or process of anybody, we just came in the house to get protection from the sun and the rain. We were just looking for a Shelter. And if there is solution, we need for all of us because we all are in same situation as we Always repeated it.

Before we came to France we were citizens and after we arrived in France we were shocked because we become like homeless, sleeping in the streets and looking for food, drink and sleep on the streets. We didnt expected that life in France would be as hard for us because France is one of the greatest countries in the world.

If the people frome the Prefecture they go to our countries , they will give them high security, and houses. But we came here and we sleep on the streets

We dont see the problem of staying in this building. It is a public building. We want to stay there until have a normal life.

We ask from governement, to Mairie of Rennes and Prefecture to stay in this building until have a solution, for everybody.
We ask to french people so support us in our fight to get normal life.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Migrations - Luttes contre les frontières » :

Le syndicat des travailleur.euses sans papiers de Rennes

À Rennes, depuis quelques temps un syndicat de travailleur.euses sans papiers a vu le jour. Arafan et Babeth deux des membres, ont expliqué à Cases Rebelles la naissance, le fonctionnement, les objectifs et les mobilisations à venir.

> Tous les articles "Migrations - Luttes contre les frontières"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

> Tous les articles "Logement - Squat"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org