information par et pour les luttes, Rennes et sa région

À Rennes, nous sommes toutes et tous les Soulèvements de la Terre !

Rennes
Ecologies - Aménagement du territoire Politiques sécuritaires - Surveillance Répression - Justice - Prison

À l’heure où les nappes du pays sont à vide, où les forêts brûlent, les oiseaux disparaissent et les bocages se rétractent, le gouvernement multiplie les opérations de répression contre celles et ceux qui défendent le vivant. La dissolution des Soulèvements de la Terre, retardée depuis plusieurs mois, a été prononcée mercredi 21 juin.

Le jour précédant ce sont plus d’une quinzaine de personnes qui ont été arrêtées à travers la France, deux ont été incarcérées. Si l’État leur reproche d’avoir participé à l’action de désarmement de l’usine Lafarge à Bouc-Bel-Air et à la manifestation de Sainte-Soline, nous devons voir cette nouvelle vague d’arrestation pour ce qu’elle est : une tentative de déstabilisation du mouvement des Soulèvements de la Terre à la veille de sa dissolution. Elle fait suite à une première vague où toutes les personnes arrêtées ont été relâchées sans poursuite, et s’inscrit dans un contexte plus global d’intimidation du mouvement social. À Rennes, ce sont 6 personnes qui ont été perquisitionnées et arrêtées il y a un mois pour tenter de donner matière aux fantasmes policiers d’association de malfaiteur, et Darmanin agite à intervalle régulier la menace d’une dissolution de la Défense Collective, dont le tort impardonnable pour le pouvoir est de refuser l’isolement face à la répression.

Pour autant, la prétention de dissoudre un soulèvement pour les terres et pour l’eau est toujours aussi cynique que concrètement irréaliste. Si le gouvernement veut rendre effective cette dissolution, ce sont des dizaines de milliers de personnes partout en France qu’il devra arrêter demain pour maintien ou reconstitution de ligue dissoute. Des dizaines de milliers de personnes désormais habituées et résolues à désobéir pour faire obstacle au ravage. Avec ou sans l’étiquette des Soulèvements, le mouvement pour la défense des terres ne s’arrêtera pas. Les occupations, les blocages et les désarmements, entre autres actions collectives directement impactantes, sont devenues une nécessité vitale contre l’écocide en cours. Ils vont continuer de se multiplier et de se banaliser. Et cela dès cet été, avec la campagne d’action 100 jours pour les sécher contre l’accaparement de l’eau, et lors de la manifestation tracto-vélo allant de Sainte-Soline à Paris fin août.

Au fond, si le gouvernement a décidé aujourd’hui de nous dissoudre, c’est parce que nous sommes parvenues à instaurer un rapport de force populaire face aux industries les plus toxiques du pays, secteur du BTP et complexe agro-chimique en tête. S’ils cherchent à nous bâillonner c’est parce que nos actions mettent à nu l’association de malfaiteurs que constitue ce gouvernement avec Lafarge et la FNSEA. C’est parce que nos actions démontrent qu’ils n’ont plus - et qu’ils n’auront plus - le champs libre pour tout ravager impunément.

Face à cette tentative de dissolution, il est important de ne pas laisser se diffuser le petit récit policier selon lequel les Soulèvements de la Terre serait un petit groupe de personnes radicalisées bien connues des services. C’est ce que nous avons déjà fait à Rennes lors de manifestations qui ont déambulé dans la ville aux cris de « Nous sommes toutes et tous les Soulèvements de la Terre ! ». Et c’est ce que nous referont chaque fois qu’il sera nécessaire d’affirmer la nécessité d’actions de désarmement, de blocage et d’occupation face au désastre en cours. Il n’y a pas d’« éco-terroristes », il y a un peuple qui se soulève contre la destruction du monde.

Les Soulèvements de la Terre, c’est un mouvement diffus et populaire dont font partie toutes celles et ceux qui luttent de manière conséquente pour préserver la possibilité d’habiter la Terre. C’est un mouvement qui se retrouve sur des grandes dates de lutte, mais c’est aussi un mouvement ancré territorialement dans près de 200 comités locaux. Après la victoire contre Bridor à Liffré, nous lutterons pied à pied pour empêcher l’artificialisation des sols, à la Prévalaye, à Viasilvia, ou ailleurs. À nous d’installer un rapport de force concret face aux représentants locaux des organisateurs du ravage. Contre un capitalisme mortifère prêt à tous les saccages pour préserver ses profits, nous défendons un partage juste de la terre et de l’eau se basant sur les besoins réels des communes.

Aussi, réuni.es ce mardi 27 juin à plus de 200 en Assemblée rennaise des Soulèvements de la Terre pour la première fois depuis la dissolution, nous assumons collectivement faire partie de ce mouvement. Et nous ferons tout ce qui est en notre possible pour continuer à le faire vivre localement, sous une forme ou sous une autre.

Assemblée rennaise des Soulèvements de la Terre, mardi 27 juin 2023

Signataires :

ATTAC Rennes
CoLERE Liffré-Cormier
Collectif de la Prévalaye
Fédération Anarchiste Rennes - Groupe La Sociale
France Insoumise du Bassin Rennais
Gauche Écosocialiste 35
Jeunes Écologistes Rennes
Jeunes France Insoumise Rennes
Jeunes Génération.s Rennes
Nous Toutes 35
NPA Rennes
Planning Familial 35
Réseau de Ravitaillement des Luttes du pays rennais
Résistance Écologiste Rennes
Snep-FSU35
Syndicat des Avocats de France - Section rennaise

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Politiques sécuritaires - Surveillance » :

Accueil de Darmanin à la Préfecture

Réservons un accueil breton à Gérald Darmanin attendu lundi matin 12 Janvier pour inaugurer la nouvelle préfecture, 81 Boulevard d’Armorique. Préparons lui un comité à la hauteur, haut en couleurs !

> Tous les articles "Politiques sécuritaires - Surveillance"

Derniers articles de la thématique « Ecologies - Aménagement du territoire » :

La cabanade contre l’A69 - 10-11 Février

Invitation à venir avec vos camarades et vos joies pour concrétiser vos idées de cabanes ou trébuchet, de chansons ou banderolles, d’écoute et de soin le week end du 10-11 février pour un chantier festif, respectueux et déterminé à faire pousser les racines de la résistance face à l’A69

Projection du film "De pierre et d’eau"

Projection du film De pierre et d’eau à propos de la lutte contre la réouverture de la carrière du Tahun à 19h30 jeudi 8 février à St Nicolas de Redon , Connexion paysanne

> Tous les articles "Ecologies - Aménagement du territoire"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter