Acharnement médico-judiciaire contre le compagnon Boris.

Répression - Justice - Prison

Besançon : Les pouvoirs médicaux et judiciaires s’acharnent contre Boris

Initialiement paru sur Indymedia Lille / 28 juillet 2022

En avril 2020, notre compagnon et ami Boris a incendié sur le Mont Poupet (Jura) les antennes-relais des quatre opérateurs de téléphonie mobile, ainsi que celles des flics et des gendarmes. Confondu par de l’ADN présent sur un bouchon de bouteille, il a été incarcéré en septembre 2020 à la prison de Nancy, puis condamné en avril 2021 à quatre ans de prison dont deux fermes. Dans une lettre publique écrite depuis la taule *, il a défendu haut et fort son acte par sa volonté de s’opposer à travers l’action directe à la numérisation croissante de nos vies, avec tout le contrôle, les ravages environnementaux et sociaux qu’elle implique. En août 2021, il a été grièvement blessé dans un incendie de cellule, et se trouve depuis aux mains du pouvoir médical. Du côté judiciaire, son écrou a été levé lors du procès en appel de septembre suivant (reporté quant à lui sine die), tandis qu’une instruction judiciaire, toujours en cours, était confiée à une juge nancéienne afin de déterminer les causes de l’incendie et d’enquêter sur la promptitude des matons à laisser suffoquer notre compagnon en cellule.

Alternant entre le coma artificiel et la semi-conscience pendant quelques mois, Boris n’a pas pu faire ses choix. Les médecins n’ont pas manqué de se tromper sur les diagnostics, mais toujours avec une assurance sans faille. Début mars 2022, Boris a été transféré de l’hôpital de Metz aux « Grands Brûlés » vers le CHRU de Besançon au service réanimation qui, en avril, a décidé de se débarrasser de lui en l’envoyant dans un autre service peu adapté à sa situation, sans que son avis ait une quelconque importance. Cette décision lourde de conséquence qui a signifié l’abandon de soins actifs, a été essentiellement motivée par le fait de ne pas constater d’évolution favorable de son état de santé en suivant de misérables critères statistiques. De manière évidente, ces critères ne tiennent absolument aucun compte de l’individu particulier auxquels ils sont appliqués de façon absolue et glaçante, même si celui-ci exprime sa volonté farouche de continuer à vivre et à se battre pour aller mieux. Profitant de sa tétraplégie actuelle, et malgré le fait qu’il est en état de parler, lucide et combatif, les médecins ont décidé de ne pas le réanimer si une nouvelle infection grave survenait. Ce n’est alors qu’en protestant et en faisant écrire des lettres qu’ils ont dû prendre en compte sa volonté de survivre et reprendre un minimum de soins actifs.

Mais cela est évidemment devenu peu à peu inacceptable pour le pouvoir hospitalier. Un ex-taulard anarchiste qui ose remettre en question le dogme médical, qui refuse de se résigner sans broncher à leurs diagnostics mortifères, ne peut pas être lucide ! Il est forcément trop « influençable », selon les pontes en blouse blanche (par ses idées anti-autoritaires ?). Alors, quand en plus Boris tente obstinément d’avoir accès à son dossier médical malgré les entraves de l’hôpital qui le lui a refusé jusqu’à ce jour, et qu’il exige également que des proches hors de la famille puissent discuter de sa situation avec la médecin, le vase des autorités déborde.

C’est ainsi que le 8 juin 2022, Mâdame Elisabeth Batit, médecin du CHRU de Besançon en charge de la situation de Boris, forte du Pouvoir que lui confère sa fonction, qu’elle entend bien imposer coûte que coûte, a décidé de faire un pas supplémentaire dans son entreprise de démolition du compagnon en tant qu’individu. À son insu, et dans un courrier signé conjointement avec l’assistante sociale de l’hosto, elle a en effet procédé à un signalement auprès du Parquet de Besançon (celui-là même qui avait été en charge de l’enquête préliminaire sur les antennes…) pour lancer une procédure de « mise sous protection juridique », prétendument pour le « protéger » contre ses propres décisions. Quoi de mieux alors pour le procureur zélé que d’ordonner, le jour même, l’envoi d’un expert-psychiatre pour décréter qu’en plus de sa paralysie, notre compagnon serait désormais « incapable de pourvoir seul à ses intérêts ». Le 14 juin, le bourreau des esprits qui répond au nom de Thomas Carbonnel, et n’est autre que le vice-directeur de l’hôpital psychiatrique du coin, dûment choisi par le procureur sur sa petite liste officielle, est ainsi passé à l’improviste dans la chambre d’hôpital de Boris pour recommander son placement « sous curatelle renforcée ».

C’est une juge des enfants de Vesoul, déléguée depuis quelques semaines « en qualité de juge des tutelles » auprès du tribunal de Besançon, qui a émis dans la foulée une ordonnance provisoire d’urgence contre notre compagnon, intitulée « sauvegarde de justice ». Une mesure qu’elle pourra aggraver par une mise sous curatelle ou tutelle pour plusieurs années, lors de l’audience en contradictoire qui devrait avoir lieu dans un délai d’un an. Depuis l’obscurité moisie de son bureau,sans prévenir quiconque, pas même la personne concernée, la juge Marie-Lee Avena a donc décrété le 8 juillet que Boris pouvait « s’engager dans des actes excessifs » et a nommé un Mandataire judiciaire à la protection des majeurs (MJPM) qui prend la main sur l’ensemble de son courrier, ses comptes et futures ressources (comme l’allocation adulte handicapé) : l’UDAF 25, soit l’Union départementale des associations familiales du Doubs.

Créée par une loi vichyste sur les familles réformée en 1945, l’UDAF regroupe des dizaines d’associations religieuses ou laïques qui défendent fièrement un des piliers du patriarcat auprès des pouvoirs publics : la famille. Elle est un organisme majeur sur lequel l’Etat s’appuie pour broyer l’autonomie du million de personnes placées sous tutelle ou curatelle, y compris de 1968 à 2007 pour cause de... « prodigalité, intempérance ou oisiveté ».

L’UDAF 25, où l’on retrouve en plus de sa centaine de salariés, des personnes toujours plus avides de pouvoir comme sa nouvelle Présidente Karima Rochdi, ancienne adjointe au maire LREM de Besançon, devenue cheffe de file de l’opposition macroniste au conseil municipal actuel. Celle-la même qui entend à présent régir d’une main de fer les démarches administratives du compagnon pour sortir de l’hôpital, n’avait par exemple pas cessé de vociférer contre la ZAD des Vaîtes à Besançon, dénonçant sans relâche les opposants à la bétonisation de ces vieux jardins ouvriers comme un ramassis « d’écologistes extrémistes ». Quant au nouveau directeur général de l’UDAF 25, Thierry Pillot, plus particulièrement chargé du service « des mesures de protection judiciaire des majeurs » qui concerne justement notre compagnon, il a effectué une bonne partie de sa carrière comme directeur au sein du plus gros exploiteur de personnes handicapées du Doubs (l’ADAPEI, devenue la Fondation Pluriel), dont le conseil d’administration compte par exemple... le médecin-chef du service où se trouve encore Boris, un représentant du ministère de l’Intérieur, mais aussi l’ancienne directrice des services pénitentiaires (SPIP) du Doubs et du Jura.

L’exploitation et la mise au pas des personnes considérées comme « fragiles » ou « anormales » est un business subventionné et un rouage bien ancré, que font tourner toute une clique des détenteurs d’autorité et de bonnes intentions paternalistes.

Boris porte des idées anarchistes combattant toute forme de pouvoir depuis des années, et il le paye une fois de plus au prix fort. Pour la démocratie, toujours plus vendue comme le seul horizon possible sous le paradigme de la liberté technologique, pathologiser des comportements dits « hors-normes » ou trop contestataires est une manière de tenter de les neutraliser pour imposer son hégémonie. Que ce soit par la répression la plus brutale, ou par la tentative de mise sous tutelle forcée de celles et ceux qui ne se résignent pas à leur sort. Et pourquoi s’en priverait-elle d’ailleurs, contre un anarchiste ou quiconque sort des clous, tant que ses larbins ne recevront pas en retour un peu de la monnaie de leur pièce pour toute la misère qu’ils sèment au quotidien ?

C’est aussi contre la dépossession à l’œuvre de toutes et tous qu’il s’agit de lutter,
Solidarité active avec Boris, de la manière que chacun chacune trouvera la plus adéquate...

Des anarchistes solidaires et complices de Boris
28 juillet 2022

* "Pourquoi j’ai cramé les deux antennes du Mont Poupet", 17 juin 2021
à lire par exemple ici.

Qu’il soit de prison ou d’hôpital, à bas le pouvoir ! Solidarité avec Boris

Initialement paru sur Indymedia Lille / le 13 août 2022.

Le camarade anarchiste Boris a été en prison à nancy maxéville depuis septembre 2020 pour le sabotage de deux antennes relais 5G pendant le premier confinement. Il était en prison depuis près d’un an quand, le matin du 7 août 2021, un incendie s’est déclaré dans sa cellule. Boris a été hospitalisé à l’hôpital de metz, puis au service de réanimation de l’hôpital de besançon. Il est actuellement au service des soins palliatifs du même hôpital.

"Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé."
Extraits du serment d’Hippocrate.)

Depuis le début de son hospitalisation, et malgré les rechutes, l’état de santé global de Boris ne cesse de s’améliorer. Cela n’a pas empêché le « collège médical » de l’hôpital de besançon de décider que ça ne valait pas la peine de le réanimer en cas de nouvelle sepsis, d’arrêter tout soin thérapeutique qui lui donnerait une chance de guérison et de le balancer au mouroir qu’est le service des soins palliatifs. Son « médecin » actuel, Elisabeth Batit, a « évalué » son état de santé et a décrété qu’il avait « peu de chances de guérir », malgré le fait que ses évolutions positives ne cessent de la démentir. Est-ce que les médecins se trompent ? C’est bien plus grave. Les médecins se basent, pour établir leurs diagnostics, sur de l’imagerie, des examens, des analyses, sans jamais tenir compte de son image clinique qui est bien différente de ce qui résulte des appareils. L’image mécanisée a plus de valeur diagnostique que l’image réelle. Donc puisque les machines le disent, Boris n’est pas « guérissable » et donc pas la peine d’essayer d’améliorer son état !

"Je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité."

D’autant plus que Batit bloque systématiquement et délibérément tout transfert vers une autre structure médicale où il aurait de meilleures chances de guérir. Elle piétine ainsi un des principes fondamentaux de la « déontologie » et de l’éthique que les médecins se plaisent tant de rappeler, celui de la non-malfaisance, du mal causé intentionnellement et volontairement par un médecin contre son patient.

Là où la santé de Boris ne dysfonctionne pas ou peu, on l’oriente vers une mesure d’exception, occasionnant une perte totale de liberté sur l’aspect décisionnel de sa vie. Et à l’inverse, là où il rencontre d’importantes difficultés (paralysie totale ou presque des membres), on nie celles-ci en l’orientant dans un milieu ordinaire : ce qui est préconisé dans son état, c’est une hospitalisation à domicile(!)

"Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences."

Aucun État n’a jamais admis l’existence d’opposants politiques qui remettent en question et combattent son existence même. Il s’agissait de « bandits », d’« ennemis de la nation », souvent de « cas psychiatriques » afin de réprimer et de discréditer le discours et l’action politiques. Le pouvoir policier et judiciaire ont maintes fois tenté de dépolitiser les actes de sabotage de Boris en essayant de le présenter comme un psychopathe pyromane. De son côté, Boris a toujours assumé politiquement aussi bien l’action directe et la propagande par le fait elle-mêmes que ses actions contre la technologie entre les mains de l’État et du capital qui aboutit au fichage généralisé, à la surveillance constante et la marchandisation de nos corps et de nos vies.

Ce que le pouvoir judiciaire n’a pas réussi, c’est le pouvoir médical qui s’est chargé de le faire. Elisabeth Batit a fait un signalement au procureur de besançon en demandant sa « mise en protection juridique ». Des beaux mots (comme si la justice de l’État pouvait « protéger ») qui cachent derrière eux une réalité sordide : celle de l’infantilisation d’une personne adulte qui a désormais les mêmes droits et marges de manœuvre qu’un enfant. Une rétrogradation sociale, réservée aux personnes qui ne correspondent pas à la norme sociale, sanitaire ou mentale définie par l’État pour le compte du capital. Cette politique élitiste, sélective, voire eugéniste trouve un appui important au sein du corps médical qui n’hésite pas à la légitimer par son « savoir scientifique ».

Descendants des médecins collabos qui prenaient le pouls des personnes torturées pour dire aux bourreaux s’ils pouvaient continuer, Elisabeth Batit et Thomas Carbonnel, « expert » psychiatre, ont décrété que Boris était « influençable » (est-ce un terme médical ?), prétexte pour sa mise en « protection juridique ». Dans l’imaginaire collectif, une personne sous tutelle est trop souvent une personne « limitée ». Imposer une mesure de tutelle à Boris révèle un but politique clair : non seulement « psychologiser », voire « psychiatriser », mais aussi discréditer et dépolitiser son discours sous prétexte qu’il n’a plus toutes ses capacités mentales. Pour nous, ami.es et camarades anarchistes qui prenons le temps de discuter avec lui pendant des heures, il est clair que non seulement il a toutes ses capacités intellectuelles, mais en plus il démontre à chaque visite que sa mémoire fonctionne, qu’il a conservé son goût de la critique du monde social et politique, et plus largement cette combativité traduisant une envie évidente de vivre.

Puisque pour Batit, le serment d’Hippocrate c’est des mots creux, vides de sens, rappelons-lui la chute qui lui correspond parfaitement : que je sois déshonorée et méprisée si j’y manque
c’est déjà le cas, Batit !

Nous appelons à l’action solidaire pour Boris par les moyens que chacun et chacune juge appropriés.

LA TÊTE HAUTE
LE CŒUR ARDENT
SOLIDARITÉ AVEC BORIS

Des camarades anarchistes.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

Le Juge, le Flic et le Médecin

La dégradation de l’état de santé physique et mentale en CRA est un outil de l’État pour réprimer les personnes étrangères.

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter