« C’est sans doute un problème de perception »

Rennes
Répression - Justice - Prison

Le 13 février dernier Serge Bourgin, secrétaire départemental adjoint de Sud PTT 35, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Rennes. Il est accusé de diffamation et d’outrage à l’encontre du policier Jean-Luc Mauny, chef de la SIR (Section d’Intervention Rapide) et de la CDI (Compagnie Départementale d’Intervention). Les faits remontent au 16 novembre 2017 à Rennes, lors d’une manifestation contre les ordonnances Macron organisée par la CGT, FO et SUD.

Au cours du défilé, alors que la section d’intervention remonte le cortège au pas de charge, Serge Bourgin s’empare d’un mégaphone et averti les manifestants « Voilà Jean-Luc Mauny, chef de la SIR, c’est celui qui a éborgné Jean-François Martin le 28 avril 2016, il a à son actif de nombreux blessés dans le camp des manifestants et fait de la provocation sans arrêt... ». Le syndicaliste faisant alors référence à l’étudiant rennais qui avait perdu un oeil lors d’une manifestation contre la loi travail. Le policier estime alors que le syndicaliste l’a pris à partie et diffamé « à l’aide d’un mégaphone », il porte plainte le jour même.
Le syndicat SUD PPT 35 avait averti que ce procès s’annonçait très politique, nous nous sommes rendus à l’audience pour en avoir le coeur net.

L’accusé ainsi que les témoins cités à la barre ont mené une véritable charge contre la politique du maintien de l’ordre à Rennes et l’attitude de cette compagnie d’intervention depuis les manifestations contre la loi travail. Le tribunal, soucieux de son objectivité, semblera quelque peu désarçonné et pris en étau entre d’une part un discours syndical d’un nouveau genre et de l’autre un policier aussi susceptible qu’indisposé à reconnaître la moindre critique.

Bien que l’infraction dont il est question concerne une déclaration de 30 secondes faite au mégaphone au cours d’une manifestation, l’audience, elle, s’est étirée sur plus de trois heures. Les débats juridiques ont d’abord porté sur ce qui pourrait permettre de distinguer l’usage légitime de la liberté d’expression de la diffamation et de l’outrage dans l’espace public, puis s’est engagé une tentative de dialogue entre les parties : syndicat d’un côté, police de l’autre. Le but était de comprendre si Serge Bougin a eu raison ou non de tenir pour responsable le plaignant et sa brigade d’avoir, le 28 avril 2016, éborgné un étudiant, blessé un certain nombre de manifestants et de s’être adonné à des provocations.

L’audience à peine commencée, le président du tribunal juge ces propos très graves, on reproche à ce syndicaliste d’avoir accusé nommément Jean-Luc Mauny. Serge Bourgin, qui a plus de 30 ans de manifestations et de grèves à son actif, ne compte pas se laisser intimider par cette plainte et cette convocation au tribunal. Il dit se sentir responsable du déroulé des manifestations qu’il organise. Au vu des nombreux blessés qu’il a recensé avec son syndicat pendant la lutte contre la loi travail (255 dont 54 hospitalisations), il estime que la question du maintien de l’ordre est une question d’ordre politique.

Lire la suite sur : https://lundi.am/C-est-sans-doute-un-probleme-de-perception

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter