Caen : le bar associatif l’Aqueerium lutte pour sa survie et fait appel aux dons

Caen
Antiracismes - colonialismes Autonomie & auto-gestion Cultures - Contre-cultures Dynamiques collectives Féminismes - Genres - Sexualités

Géré par une structure associative, l’Aqueerium est le carrefour des activités LGBT, queer et féministes sur Caen. Aujourd’hui, l’épidémie du coronavirus l’oblige à rester fermé. Ce bar associatif lutte pour sa survie et fait appel aux dons. Un article issu du magazine Gayviking

Un lieu atypique sur Caen

Ouvert en 2019, l’Aqueerium est un espace de visibilité important pour le public. En lien avec la vie LGBT, queer et féministe, le champ de ses activités culturelles est large : expositions, concerts, conférences, ateliers, cinéma…

De son côté, le Centre LGBTI de Normandie est colocataire du lieu. Il y tient des permanences au 1er étage.

Mais le confinement porte un coup terrible à cette visibilité. Et sa réouverture est aussi incertaine que les bars et les restaurants.

Pendant le confinement, l’Aqueerium doit continuer à payer la quote-part de son loyer (environ 410 € chaque mois) ainsi que les charges locatives (100 €).

Une situation compliquée

Sans activité, la perte est nette. Bérengère, la coprésidente de l’association est inquiète. « La situation est compliquée. Nous avons contacté le propriétaire mais nous n’avons pas de réponse. En plus, nous ne pouvons pas bénéficier des aides de l’État, l’Aqueerium n’étant pas une société ».

Au moment du confinement, la trésorerie de l’Aqueerium était seulement de trois mois. Son financement est habituellement assuré par les dons des bénévoles et par le service de bar pour les activités culturelles.

De plus, le report de la Marche des Fiertés à Caen n’aide pas l’Aqueerium. « On voulait compter sur la Pride de Caen pour accroître notre activité buvette et ainsi financer les projets culturels. Mais le format Pride de la rentrée risque d’être plus restreint que prévu. Cela aura un impact direct sur le financement de nos activités » indique l’association.

Depuis sa naissance, l’association a su se débrouiller pour trouver ses propres ressources. Avec satisfaction, Bérengère ajoute : « Contrairement à d’autres structures, notre local n’est pas prêtée par la Mairie. On a créé l’association seul.e.s, sans aide. Depuis le début, notre association est totalement autofinancée ».

La Mairie de Caen, absente

Dans le cadre de leur politique culturelle, les communes aident souvent les associations, source de vitalité pour les centre-villes. Hélas pour l’Aqueerium la Mairie de Caen ne semble pas s’y intéresser. « Nous avions fait une première demande de subvention cette année. Mais la réponse a été négative, sans explication » dit Bérengère.

Et pourtant, avec la situation d’aujourd’hui, l’association aimerait bien un coup de pouce de la Mairie.

Bérengère indique avoir fait une nouvelle demande de subvention. « Mais nous avons peu d’espoirs car la Mairie a été très peu attentive à notre premier dossier ».

Ce manque d’égard de la ville de Caen est déconcertant pour l’Aqueerium. « Nous avons plus de 1000 adhérent.e.s, ce qui est un important pour une association sur Caen. Ne pas avoir d’aide de la part de sa propre ville, c’est dur à avaler. » nous dit Bérengère. Elle ajoute : « Nous allons reprendre contact avec les services municipaux à la fin du confinement car pour le moment, c’est très difficile, voire impossible de les joindre ».

Savoir compter sur les bénévoles

Pour le moment, l’association ne peut compter que sur ses sympathisant.e.s et ses adhérent.e.s pour survivre.

L’Aqueerium a réalisé une première campagne de dons au début du confinement. « Cela nous a permis d’avoir l’équivalent d’un mois de loyer. Mais il reste encore un bout de chemin à faire. Le Centre LGBTI notre colocataire nous a fait une avance mais cela ne peut pas durer longtemps. » souligne la coprésidente.

L’association lance un nouvel appel aux dons.

Via la plateforme HelloAsso, les internautes peuvent donner quelques euros à l’association pour que l’Aqueerium continue ses activités (lien ici).

À quand la réouverture ?

La situation reste compliquée. Comme les bars ou les restaurants, aujourd’hui il est difficile de projeter une réouverture. « Si c’est pendant les vacances cela va être difficile de mettre en place des activités culturelles aussi vite sachant que nos bénévoles devront reprendre leur travail. » explique Bérengère.

En effet, la mobilisation des bénévoles est compliquée. Il y a beaucoup de situations précaires au sein de l’association. « Entre deux cdd ou des temps partiels, ce n’est pas vraiment simple. Pendant cette période, on a du mal à trouver du temps et de la motivation » nous expose Bérengère.

Une petite programmation

La situation financière de l’association ne lui permet pas encore de penser à un programme précis. Se voulant rassurante, Bérengère affirme néanmoins : « on pourrait programmer des événements de petites envergures. On va privilégier un peu plus le local que d’habitude pour éviter le financement des frais d’hébergement ou de déplacement. »

Si l’Aqueerium est sauvé, elle ajoute que le public « pourra compter sur des expositions, des ateliers professionnels de peinture, ou des projections de court métrage ».

Mais pour les concerts, la situation se complique : « On verra bien mais financièrement c’est vraiment difficile. D’ailleurs, on fait appel à des éventuels DJ qui voudraient bien nous prêter main forte pour la rentrée dans notre programmation. »

Avec cette crise sanitaire, c’est aussi un autre projet qui s’arrête. L’Aqueerium souhaitait embaucher deux salariés pour 10 heures par semaines afin de développer les activités. « Mais du coup, c’est complètement arrêté. Pour cette année, c’est terminé » nous fait savoir Bérengère.

Faire quelques chose avec presque rien…

L’Aqueerium pense également à ses bénévoles et sympathisant.e.s : « nous ne les oublions pas. Nous avons envie que ce lieu vive ! On va avoir besoin d’énergie pour le faire vivre. Ce lieu tient avec peu de bénévoles. Que des personnes n’hésitent pas à nous contacter. On va être content.e de retrouver tous le monde. »

Et de conclure : « Je fais partie des cocréatrices, et ça me ferait vraiment de voir que tout s’arrête. On a réussi à faire quelques chose avec presque rien, c’est un beau projet. »

Vous pouvez participer aux dons en ligne pour l’Aqueerium (lien HelloAsso ici).

Pour aller plus loin…

Page facebook de l’association Aqueerium
Adresse : 41 rue du 11 novembre, à Caen (derrière l’hippodrome, et près de la promenade Sévigné).
Découvrir leur bar

Lire les articles consacrés à l’Aqueerium sur Gayviking.

P.-S.

On vous invite à signer cette pétition pour que la mairie de Caen aide l’Aqueerium dans cette situation exceptionnelle qui ne leur permet pas de continuer leurs activités.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Cultures - Contre-cultures » :

> Tous les articles "Cultures - Contre-cultures"

Derniers articles de la thématique « Féminismes - Genres - Sexualités » :

 !" >Mini fest feministe non mixte, prol et rural !

Le 12 et 13 septembre 2020, Meute de Chiennes vous invite en campagne sarthoise pour un week end sans mec cis autours d’ateliers et discussions autogérées ! Ce sera l’occas de se rencontrer, de se reposer et puis de faire la boom !

Fête du Bocal

Cette soirée c’est l’occasion de rencontrer tous les collectifs qui s’organisent au Bocal, de faire des ateliers, de passer boire un coup, papoter, chiller dans l’herbe ou sur un canap !! Samedi 5 septembre de 15h à 23h.

> Tous les articles "Féminismes - Genres - Sexualités"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter