Communiqué des migrants du CAO de Rennes

1 complément

Mercredi16 novembre 2016 à Rennes

Nous sommes des personnes qui ont passé environ deux ans, un an, six mois dans la jungle de Calais. La vie à Calais est trop difficile mais nous voulions aller en Grande-Bretagne.
A Calais, il y a eu une rencontre avec le responsable de l’OFPRA de Paris et une personne du gouvernement français. Presque tout le monde a donné ses empreintes en Italie. Ils nous ont dit qu’ils allaient oublier le fait qu’on ait donné nos empreintes si on allait dans les villes, qu’on pouvait choisir. Et qu’ils allaient nous donner les documents nécessaires pour rester en France ou voyager.
A cette réunion là, il y avait des gens à qui la même promesse avait été faite en 2015 et qui avaient appris que leur Dublin [1] n’allait pas être cassé et ont réussi à retourner à Calais. La personne de l’OFPRA a promis que cette fois çi ça ne se reprodurait pas.
On leur a fait confiance par ce que ce n’était pas des porte-paroles qui étaient venus nous voir mais des hauts responsables.
Maintenant, la situation est le contraire de ce qu’ils nous ont dit : quand on est allé à la préfecture d’Ille et Vilaine, on nous a dit que la décision était qu’ils allaient demander à l’Italie si on pouvait être réadmis vers ce pays. Personne ne voulait rester en France mais ils nous avaient promis qu’on pouvait y rester.
On a eu des rendez-vous par communautés, par pays pour nous expliquer qu’il ne fallait pas fuir, qu’ils avaient certainement nos empreintes ailleurs mais que c’était pas grave, ça arrivait de se faire contrôler, mais on nous a promis que la procédure de DUBLIN allait être cassée. Nous, on les a cru, mais comme on ne voulait pas rester ici vu que la France était un pays de passage, mais si on était acceptés ici on voulait bien y faire notre demande d’asile. Mais au final, on se rend compte que c’est faux. Comme c’est le contraire qu’ils sont entrain de nous faire vivre, nous on ne mangera pas et puis y’a rien à faire donc on ne peut que faire ça, s’arrêter de manger.
Du coup, hier, le 15 novembre, on a décidé ensemble d’arrêter de manger et aussi aujourd’hui on a dit aux bénévoles qui nous donnent des cours de français qu’on ne voulait pas faire le cours, qu’on était fatigué par la situation et qu’on avait pas que ça à faire.
Les responsables de Coallia, on ne sait pas vraiment qui ils sont. Au final, les responsables de Coallia ne font rien, on s’est pas si c’est des travailleurs sociaux ou pas. Y’a un responsable qui s’occupe des repas et qui rempli les demandes d’asile des personnes qui sont en procédure normale, ils posent les questions en anglais pour remplir la demande, sinon on peut avoir une traductrice en arabe.
Là, on est énervés, on est stressés à force de pas savoir ce qu’il nous attend.
On veut que les personnes qui s’occupent de nos demandes viennent nous voir et nous parler et ne pas avoir comme interlocuteur les responsable de Coallia qui ne savent rien de nos demandes, ni ne peuvent s’engager.
Par la grève de la faim, on veut que les supérieurs soient avertis pour pouvoir leur parler du fait que la promesse n’a pas été tenue.

Les migrants erythréens, soudannais et somaliens de Calais à Rennes.

P.-S.

Aujourd’hui, mercredi 16 novembre, les responsables de Coallia du CAO de Rennes, ont refusé la tenue d’une rencontre avec une avocate et une traductrice sous pretexte que le CAO était un lieu privé et que chaque activité proposée devait être validée par ses responsables. Les personnes hébergées au CAO ont refusé de s’alimenter depuis 24h et boycottent le peu d’activités proposées par Coallia.
Face à ce refus d’accès à l’information et à leurs droits pour les personnes migrantes, nous nous organisons de notre côté pour soutenir leurs démarches.
Le texte ci-dessus a été écrit collectivement par les personnes migrantes traduit de l’anglais et tigrinien en français à l’aide d’une traductrice.

Notes

[1Accord Dublin III : règlement européen qui détermine l’État membre de l’Union européenne responsable d’examiner une demande d’asile. Cet accord fait normalement reposer la prise en charge des migrant·e·s et réfugié·e·s sur les pays par lesquels ils sont entrés dans l’Union européenne.
Ce système est critiqué car de fait, les réfugié·e·s qui atteignent l’Europe ne souhaitent généralement pas rester dans les pays d’arrivée comme l’Italie ou la Grèce mais visent plutôt l’Allemagne, la Suède ou le Royaume-Uni.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 18 novembre 2016 à 20:32, par rature

    Depuis quelques jours, la situation au CAO de Beaucé (préfecture de Fougères-Vitré) semble assez similaire que celle décrite dans cet article.

    Des exiléEs y ont elles aussi entamé une grève de la faim. Il semblerait que les bases de revendication soient plus ou moins les mêmes que celles des grévistes de la faim de Rennes, notamment sur la question des personnes déboutées et dublinées. Leurs revendications portent aussi la possibilité d’avoir un espace de prière au sein du centre et d’un accès à du matos pour cuisiner.

    La seul source concernant cette action vient d’une communication des réseaux associatifs présents autour et dans le CAO à destination du sous-préfet de Fougères-Vitré. Ceux-ci d’ailleurs en profitent pour nier le caractère politique et autodéterminer de cette grève, considérant seulement celle-ci comme "la marque d’un malaise au sein du centre".. Posture patriarcale et coloniale qui tend à dépossèder ces personnes de leur capacité à porter des revendications politiques.

    On dirait bien que le mépris des droits des personnes expulsées de Calais vers les CAO et la possibilité de celles-ci à sortir leurs revendications en dehors des murs varie selon les soutiens présents sur place..

    (Si des personnes du collectif qui ont soutenu les grévistes de Rennes pouvaient aller voir ce qui se fait à Beaucé, on pourrait sans doute les soutenir et faire le lien entre les différentes révoltes et colères qui grondent dans les CAO, régionalement et nationalement.)

    Solidarités Calaisiennes

Derniers articles de la thématique « Migrations - Luttes contre les frontières » :

> Tous les articles "Migrations - Luttes contre les frontières"

Derniers articles de la thématique « Antiracismes - colonialismes » :

Réflexions sur le "privilège blanc" et les rapports de domination

À l’heure où une polémique agite le mouvement libertaire sur la question du concept et de l’utilisation du mot "race", il semble nécessaire de revenir sur ce débat de manière apaisée et constructive. C’est ce qu’a fait la revue féministe Timult numéro 9, sortie en mars...

> Tous les articles "Antiracismes - colonialismes"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org