information par et pour les luttes, Rennes et sa région

Panique à la préfecture, 3 camarades placé.es en détention provisoire : Appel à rassemblement mardi 21, 14h devant le TGI de Rennes

Rennes
Répression - Justice - Prison

Rassemblement Mardi 21 Mars à 14h devant le Tribunal de Grande Instance de Rennes

Depuis le début du mouvement à Rennes on constate de nombreuses interpellations pour très peu de suites judiciaires concrètes. Beaucoup de compositions pénales (procédure expéditive qui condamne sans donner de droit à se défendre, qui présume d’une reconnaissance de culpabilité, à laquelle il est possible de s’opposer, contactez nous si vous êtes concerné.e) qui n’ont pas encore été prononcées, et beaucoup de convocations pour des procès qui auront lieu l’année prochaine.
Après la débâcle du dispositif de police qui n’est ni parvenu a empêcher la manifestation du mercredi de rentrer dans le centre ville, ni les blocages du jeudi matin et encore moins les émeutes partout dans le centre ville le soir, le préfet et le procureur général de Rennes se devaient de sauver les meubles. Pour impressionner après leur petite conférence de presse, les chefs de la répression ont annoncé passer à la vitesse supérieure et choisissent maintenant de passer les personnes arrêtées en comparutions immédiates après leur garde-à-vue (GAV).

La préfecture a annoncé 13 GAV suite à la manifestation de jeudi soir. Nous avons eu des retours sur 8 d’entre-elles, dont les chefs d’inculpations se recoupent : dégradations, violences, vols...

  • 1 camarade (mineure) est convoquée en mai
  • 2 camarades (mineur.es) sont convoqué.es en comparution immédiate lundi
  • 2 camarades sont convoqués en comparution immédiate lundi après-midi et ont été placés par le JLD sous CJ avec assignation à résidence jusqu’à l’audience
  • 3 camarades sont convoqué.es en comparution immédiate mardi après-midi et ont été placés en détention provisoire samedi soir par le JLD

Ce placement en détention provisoire peut poser plusieurs questions.
Pourquoi les enfermer 72h de plus alors que d’autres sont rentré.es chez eux ?
Pourquoi choisir de les faire comparaitre le mardi alors qu’il y a une audience de comparution immédiate le lundi ?

L’effet voulu est en tout cas clair : mettre la pression sur le mouvement social, et pouvoir dire dans la presse que le travail de repression est fait. Rappelons toutefois que les camarades qui sont en détention provisoire aujourd’hui n’ont pas été jugé.es coupables des faits qui leur sont reprochés, et qu’ils s’en défendront, le moment venu, devant le tribunal.

Qu’est ce que c’est une comparution immédiate ?

Procédure-boucherie, largement médiatisée pendant le mouvement des gilets jaunes, c’est une présentation directe devant un tribunal à l’issue de la GAV. En convoquant beaucoup de personnes à la même heure le procureur assure un jugement expéditif, et du chiffre pour le préfet et la presse qui n’attendent que ça : que les condamnations tombent par dizaines.

En comparution immédiate on peut accepter un jugement "immédiat", ou demander un délai pour préparer notre défense.

Il faut TOUJOURS demander un délai.
En comparution immédiate on se retrouve dans la même situation qu’en garde-à-vue : on ne connait pas les éléments de notre dossier, on ne sait pas quelles sont les preuves retenues contre nous. Même si notre avocat (souvent commis d’office) semble confiant, les peines qui tombent sont toujours ultra-dures, jusqu’à plusieurs mois de prison ferme, et surtout : presque jamais de relaxes.

Demander un délai est un droit que le juge est obligé de respecter. Lorsqu’on demande un délai l’audience change d’objectif : au lieu de décider de notre culpabilité et de notre peine, le juge doit choisir quel sera l’état de notre liberté en attendant l’audience de jugement ultérieure.
Afin de permettre à l’avocat de défendre un placement en liberté totale (en opposition à un placement en détention provisoire ou sous contrôle judiciaire) il faut avoir préparé des garanties de représentation  : elles assurent au juge que l’on se présentera à notre audience de jugement.


Les Garanties de Représentation

  • pièce d’identité (CNI, passeport)
  • attestation de logement (quittance, facture)
  • attestation de situation/d’activité (scolarité, travail, caf)
    Il faut donner ses documents à une personne qui sera en capacité de contacter la permanence juridique de la DC afin de les transmettre aux avocat.es concerné.es.

Les camarades qui ont été placé.es en détention ce week-end ont présenté des garanties complètes et habituellement suffisantes au JLD. Celui-ci a d’ailleurs choisi concernant d’autres personnes de les laisser sortir sous contrôle judiciaire (assignation à résidence jusqu’à la comparution immédiate, ce lundi après-midi).

Pour le moment nous ne pouvons rien affirmer d’autre que : c’est un choix politique qui va dans la continuité du système répressif mis en place depuis le début du mouvement. Les flics arrêtent des manifestant.es au pif, les juges les placent en détention au pif aussi.
Les stratégies du mouvement social dans la rue inquiètent le pouvoir qui répond à sa manière : en accentuant les coups de pression sur les camarades qui y participent. Les blocages et les manifestations touchent là où ça fait mal, au Carré Rennais comme au MEDEF, l’économie prend cher et leur seule réponse possible est d’user et d’abuser du système policier et judiciaire.

Le placement en détention provisoire, si court soit-il, de camarades avant leur audience de comparution immédiate est une attaque politique à laquelle nous devons répondre.
Ne nous laissons pas impressionner par les évolutions des stratégies de maintien de l’ordre.


Rassemblons-nous devant le tribunal mardi à 14h devant le TGI pour soutenir les camarades et ré-affirmer la force du mouvement social, qui restera toujours solidaire face à la répression.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

Accueil de Darmanin à la Préfecture

Réservons un accueil breton à Gérald Darmanin attendu lundi matin 12 Janvier pour inaugurer la nouvelle préfecture, 81 Boulevard d’Armorique. Préparons lui un comité à la hauteur, haut en couleurs !

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter