Papiers et logements pour tou.te.s - Manifestation le 28 septembre à 15h à République

APPEL DE PERSONNES HABITANT LE CAMP DES GAYEULLES ET LE HANGAR DES VEYETTES A MANIFESTER POUR LE RESPECT DE LEURS DROITS ET LEUR RÉGULARISATION

(Suivi de l’appel du collectif inter organisation de soutien aux personnes exilées de Rennes)

Nous sommes des centaines de personnes à vivre au Gayeulles, dans la rue, dans d’autres endroits insalubres. Nous sommes beaucoup de nationalités, beaucou de caractères différents, beaucoup de situations familiales et administratives différentes. Beaucoup d’âges différents, certains sont des enfants, d’autres des personnes âgées. Nous avons des trajectoires migratoires différentes.
Nous avons quitté des situations difficiles dans nos pays pour une vie meilleure, mais nous nous retrouvons sans changement ici en France, même pire parfois. Nous ne nous y attendions pas.

Nous vivons dans l’insécurité, sans intimité, dans la violence, la maladie, sans toit, dans une grande précarité. Autant supprimer le droit d’asile si c’est pour vivre dans ces conditions. C’est normal que dans ces conditions certains changent leur nature. Si tu n’as pas de coin pour te reposer, avec tes démarches administratives tu deviendras fou, et ce peu importe ta situation. Les personnes mal intentionnées profitent de notre situation pour mal parler, et mal agir, car nous sommes exposé.e.s et isolé.e.s.

La France nous ignore, cependant avec des papiers nous pourrions contribuer au développement de la France, en payant des impôts par exemple. Nous avons besoin de papiers pour travailler et participer.

Nous ne voulons pas de droits. Nous avons des droits, et nous voulons que l’Etat les respecte. Or, ce n’est pas le cas :

  • L’Etat a envoyé la police sur le camp, ce qui a créé de la nervosité, de la peur, et cela a aggravé notre situation. Une des nôtres a fait une crise de panique, et est à l’hôpital maintenant. On ne comprend pas pourquoi la Préfecture a envoyé la police, sachant qu’ils savent très bien que nous sommes ici.
  • L’État a interdit au 115 d’héberger les demandeurs.euses d’asile. C’est aussi pourquoi que nous sommes si nombreux.es a vivre dans ces conditions.
  • La Préfecture demande une liste des habitant.e.s du campement, liste qu’ils ont déja car tous les demandeurs d’asile passent par la Préfecture. De plus, une liste nous divise, et avoir des droits n’est pas une question de procédure.

Les associations essayent de nous venir en aide mais ce n’est pas de leur responsabilité, mais celle de l’État.

Combien de jours, semaines, ou mois, faudra-t-il encore attendre avant que les collectivités et les pouvoirs publics ne prennent enfin leurs responsabilités en offrant un abri à ces 350 personnes en grande détresse ?
Quelle somme de malheur faut-il pour obtenir enfin une réponse digne ?
Qu’est-ce qui justifie une telle économie d’humanité ?

(extrait de l’intervention du collectif inter organisations lors du conseil municipal)

Nous réclamons :
- Le respect de nos droits
- Notre régularisation

Nous appelons les français.e.s de comprendre pourquoi nous sommes là, ainsi que nos trajectoires, et de ne pas faire de mauvaises intentions. Nous appelons à ce qu’ils nous soutiennent.

*Traductions en albanais et en géorgien disponibles sur la page Facebook "Groupe Logement du 14 Octobre"

COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF INTER ORGANISATION DE SOUTIEN AUX PERSONNES EXILÉES DE RENNES SUITE A L’INTERVENTION DE POLICE SUR LE CAMP DES GAYEULLES LE 12 SEPTEMBRE

Les exilé.e.s du campement des Gayeulles ont été réveillé.e.s le jeudi 12 septembre au matin par un important dispositif policier venu, selon un représentant de la préfecture, pour établir « un panorama précis de la situation et ensuite en déduire des hébergements en fonction des situations des gens ».

Or nos associations avaient déjà fourni la semaine dernière une liste de soixante noms de demandeurs d’asile qui, nous avait-on dit, serait considérée comme « fermée » (c’est à dire sans possibilité de rajouts). Ce matin là, le représentant de la préfecture disait être venu pour « la compléter ». Doux euphémisme pour un dispositif totalement disproportionné avec 12 fourgons de CRS et une dizaine de véhicules de gendarmerie pour un simple recensement des 353 personnes, dont 61 enfants, qui ont établi leur abri de fortune dans deux clairières du parc des Gayeulles depuis début de l’été. Pendant plus de deux heures, ce lieu a été encerclé empêchant les exilé.e.s de sortir, tenant à distance les soutiens, et empêchant les enfants de se rendre à l’école.

Depuis des semaines nous ne cessons d’alerter les pouvoirs publics sur les conditions de vie indignes dans ce campement, la seule réponse de l’État face à cette urgence humanitaire est un contrôle d’identité qui a conduit à 4 arrestations. C’est une situation sans précédent à Rennes. Plus de 350 personnes, dont une soixantaine enfants et des personnes gravement malades souffrant de lourdes pathologies dans un campement, c’est du jamais vu. C’est de la non-assistance à personne en danger !

La Préfète déclarait dans la presse le 4 septembre : « l’État héberge et accueille ceux qui sont éligibles au droit d’asile ». Une déclaration qui sonnait comme une provocation, alors que depuis le 1er juillet le 115 refuse de prendre en charge tous les demandeurs d’asile du département. Elle préfère accuser les associations d’être responsables de cette situation, plutôt que de respecter les droits fondamentaux… et dépenser inutilement l’argent des contribuables, quand une simple convocation administrative en préfecture des « éligibles au droit d’asile » était possible !

Nous ne pouvons tolérer une telle violence d’Etat et nous demandons la libération immédiate des 2 personnes maintenues au CRA depuis cette opération de chasse aux migrants et la mise à l’abri de toutes les personnes vivant sur le bidonville des Gayeulles.

Non au harcèlement et à la répression ! Papiers et logements pour tou.te.s !
MANIFESTATION UNITAIRE EN SOUTIEN AUX PERSONNES EXILÉES, POUR RÉCLAMER LE RESPECT DE LEURS DROITS - SAMEDI 28 SEPTEMBRE, 15H A RÉPUBLIQUE)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Migrations - Luttes contre les frontières » :

Le syndicat des travailleur.euses sans papiers de Rennes

À Rennes, depuis quelques temps un syndicat de travailleur.euses sans papiers a vu le jour. Arafan et Babeth deux des membres, ont expliqué à Cases Rebelles la naissance, le fonctionnement, les objectifs et les mobilisations à venir.

> Tous les articles "Migrations - Luttes contre les frontières"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

> Tous les articles "Logement - Squat"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org