information par et pour les luttes, Rennes et sa région

Résistances antimilitaristes en Palestine-Israel
sources, histoire et actualités

Solidarités internationales

Soldats, refusez !
Depuis plusieurs dizaines d’années, le mouvement anti-militariste est indissociable du narratif décolonial en Palestine. C’est un mouvement féministe, de jeunesse, un mouvement familial.

« Cette tendance n’a pas commencé maintenant- elle est inhérente au régime d’occupation, et au suprémacisme juif. Simplement, les masques sont entrain de tomber »
Lettre des Jeunes Contre la Dictature, été 2023

Le mouvement qui encourage le refus militaire date des années 1970. Le temps officiel est de 3 ans pour les hommes et 2 pour les femmes. Il est important de savoir que seulement 50% des incritEs font un temps de service complet (source : Meravot). De nombreuses personnes ne servent pas, pour des raisons médicales, familiales ou religieuses. L’armée ne représente pas autant le peuple qu’elle le fait croire à l’étranger.

La redécouverte du mouvement — après le refus médiatisé de Tal Mitsnik — démontre la silenciation à laquelle il a été sujet avant début janvier 2024.

Qu’il soit minoritaire dans sa forme publique en Israël, c’est un fait. Cependant, étant un sujet extrêment tabou, et donc diffus, il est présent depuis l’école jusque dans chaque cellule familiale. C’est la ligne rouge, ou le point commun, des amitiés ou partis pris politiques.

En septembre 2023, 280 jeunes refusent par Lettre Publique

Suite aux manifestations du printemps 2023, le mouvement La Jeunesse Contre la Dictature des lycéens compte bien continuer : des conférences de presse ont lieu et une présence en lycées et facultés s’exprime. Une lettre publique est signée, dénonçant l’occupation agressive en Cisjordanie, disant refuser d’être utilisé pour cela. La majorité des soldats sont en effet postés devant des colonies de suprémacistes, américains ou israéliens, dans les territoires palestiniens. En novembre 2023, un compte anonyme @gen_zin publie un appel à refuser, et le dépose dans les lycées. Tout cela s’inscrit dans la continuité de luttes antérieures communes, et inspirantes, comme la Marche Du Retour.

Refuser le service militaire prend différentes formes :

-* Refus patriote et privilégié Le refus des pilotes de s’engager, pendant le mouvement contre la réforme de la justice en 2023, était une manière de démontrer leur position, et jouer de leur renommée. C’était un refus patriote, voulant « sauver la démocratie ». Refus qui sert à la cause israelienne mais pas à la lutte contre l’apartheid, ni à la levée du blocus de Gaza. Le mouvement social de 2023, même s’il avait majoritairement comme but de sauver les institutions coloniales, a permis de prendre la rue et de grossir le mouvement Refuznik. À en croire les témoignages de Tal Mitsnik, qui dit s’y être formé politquement, c’est grâce aux manifestations qu’il a pu faire le parallèle entre l’occupation agressive et meurtrière en Cisjordanie et le rôle de l’armée.

-* Esquiver l’entrée et retarder le service Refuser l’armée, c’est aussi tout faire pour ne pas y entrer. Pendant des années, les tests sanguins positifs aux substances étaient une excuse pour ne pas engager le ou la soldatE. Ainsi de nombreuses personnes consommaient quelques heures avant les tests. De même, la fragilité psychologique, soumise à tests, est un facteur de rejet de l’armée.

-* Congés et renvoi Refuser l’armée, cela peut être aussi s’engager, et se blesser pour être renvoyé à la maison sous avis médical.

-* Objecteurice de conscience Refuser par pacifisme est possible mais est sujet à jugement et emprisonnement. La peine est reconductible puisqu’après les quelques mois en prison, la personne reçoit de nouveau une notification de service. Refusant à nouveau, la détention est renouvelée. Des témoignages racontent que lors de l’entrevue, l’interlocuteurice crie sur la Refuznik. Si la personne répond, alors elle n’est pas pacifiste, et n’est pas reconnue comme telle. Il est possible de refuser l’armée mais de ne pas le faire publiquement : cela évite les harcèlements et les conséquences professionnelles et sociales. Les personnes qui utilisent cette action de refus comme action de communication politique sont entouréEs, par leurs familles ou par des collectifs comme Yesh Gvul puis Mesarvot.

Suite de l’article à lire sur Paris Luttes Info

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Solidarités internationales » :

Palestine : « Nous avons dans nos corps des balles occidentales »

Prolongations du mois décolonial. Prises de notes sur la conférence du 20 mars dernier à l’université de Rennes 2 de l’avocat palestinien Raji Souran qui a aidé l’Afrique du Sud à porter plainte contre Israël pour génocide auprès de la Cour Internationale de Justice.

> Tous les articles "Solidarités internationales"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter