SQUAT : Retour sur une expérience concrète en cours à Rennes

Rennes
Logement - Squat

Ce samedi près d’une centaine de personnes se sont retrouvées toute l’après midi - autour d’un banquet et de plusieurs activités festives - pour célébrer la solidarité dans un quartier de Rennes en pleine renaissance.
En effet depuis plusieurs mois, une quarantaine de personnes sans abri - dont une quinzaine d’enfants - ont trouvé refuge dans plusieurs maisons abandonnées d’un quartier pavillonnaire condamné à la destruction.

Ces nouveaux habitants-es, considérés par la loi comme "illégaux", ont pu retrouver une vie digne et sereine après des années d’errance et d’incertitude, des années dans l’enfer de la rue.

"Un esprit solidaire et collectif du voisinage, qui a permis à ces nouveaux habitant.e.s de s’implanter sereinement et de penser l’habitat comme un espace collectif."
- extrait d’un tract diffusé ce samedi

A présent, ils cotoient et s’épanouissent avec les habitants-es "légaux" de ce quartier. Ces derniers, résignés à la vue de ces maisons vides, ont accueilli avec une incroyable générosité et bienveillance ces nouveaux arrivants inattendus.

Cette solidarité s’est encore manifestée ce samedi au cours de cette fête de quartier, l’occasion de célébrer la fin de la première phase des occupations - marquées par les traditionnels passages de policiers et d’huissiers – pour entamer la phase judiciaire. Les occupants-es sont maintenant dans l’attente fébrile de leur procès.

Soutenus par tout un quartier ils espèrent signer une convention renouvelable avec le gestionnaire pour pourvoir continuer à y vivre et à y entretenir un lien social jusqu’à la destruction définitive des habitations (qui ne doit pas intervenir avant 2025 !)

Si aux yeux de la loi ils ont des statuts différents, qu’ils soient "légaux" ou "illégaux" ils sont tous-tes sommés - à des échéances différentes - de quitter les lieux car au final c’est l’ensemble du quartier qui est appelé à disparaitre d’après les plans de rénovation urbaine de Rennes Métropole.

"Actuellement notre lutte est de créer un rapport de force afin de les obliger à laisser les précaires occuper ces logements vides."

Rennes est une métropole en pleine croissance et qui au nom d’un appétit toujours plus insatiable de béton n’hésite pas à briser des réseaux de solidarité patiemment tissés au fil des années. Cette transformation se fait toujours aux dépends des plus pauvres, éternels perdants de la restructuration capitaliste, toujours plus isolés et invisibilisés.

Face à cette situation, les organisations traditionnelles de solidarité ont déjà à maintes reprises interpellées les pouvoirs publics - qu’ils soient locaux ou nationaux - sans être entendues.
Elles sont contraintes de loger des centaines de personnes sous des tentes ou temporairement chez des habitants-es solidaires.

Car les autorités non seulement ne respectent pas le droit au logement mais refusent également d’appliquer la loi sur les réquisitions qui permettraient de répondre à tous les besoins.

Rien d’étonnant quand on sait que le premier rôle de l’Etat est de garantir toutes les formes de propriété privée, même quand l’intérêt ou le bon vouloir du propriétaire est de laisser ses biens vides au détriment de l’intérêt commun.

Nous devons donc prendre nos espaces nous-mêmes, c’est à dire les squatter. Mais la question n’est pas seulement de les prendre, il s’agit aussi de les défendre. Cette défense ne doit pas se résumer à se cacher, à s’enfermer derrière un mur ou à se reposer sur des procédures judiciaires. Il faut également s’ouvrir vers l’extérieur, parler aux gens, se rencontrer et lier sa propre situation à la situation du quartier où on se trouve.

C’est l’expérience initiée dans ce quartier de Rennes depuis le début de l’année, lier par la lutte des situations différentes pour répondre à des besoins communs.

Besoin d’entraide et de collectif contre la logique du pouvoir capitaliste qui veut nous monter les uns contre les autres et nous isoler.

Besoins immédiats et vitaux contre la logique du pouvoir institutionnel qui veut nous rendre dépendant de lui et mieux nous controler.

Des solutions concrètes existent, diffusons et multiplions ce type d’initiative.

DES GENS SONT A LA RUE ?
DES MAISONS SONT VIDES !
OCCUPONS-LES.

— - Article publié sur RennesDTR

P.-S.

[Aucune citation précise de lieux ou de personnes n’est faite pour préserver la tranquilité de ce quartier et de ses habitants-es.]

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

Habiter Douarnenez // un podcast de Mayday

Sur les terrasses du Rosmeur des alternos sirotent tranquillement leur bière et quelques un·es se demandent comment iels pourraient se loger ici l’année prochaine. Plutôt que d’opposer trop mécaniquement gentrifieurs et gentrifiés, on consacre une heure d’émission au sujet pour comprendre la saturation...

Pour un littoral accessible à Crozon comme ailleurs

Depuis quelques années, les mairies de Crozon et Camaret se sont lancées dans une chasse au tourisme indésirable. Et dans la manoeuvre, ce sont les parkings qui sont devenus le terrain de cette guerre. Voici un article explicatif d’appel à manif pour tou·te·s à Morgat dimanche 19 juin...

> Tous les articles "Logement - Squat"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter