d’an 21 a viz Gwengolo e oa an distro...

Hag un eil dervezh, unan ! Setu an emsav sokial en em gavet d’an 21 a viz Gwengolo evit manifestiñ en-dro a enep al lezenn nevez kinniget gant ar gouarnamant. Evit ar wech-mañ, n’oa ket bet kinniget traoù ispisial gant ar re e penn an dibunadeg. Amañ war-lerc’h e vez kontet penaos eo bet tremenet ar vanifestadeg ha kinniget soñjoù evit ma vije bravoc’h hon dibunadeg c’hoazh evit ar gwechoù a zeu.

Et un deuxième jour, un ! Voila donc le mouvement social qui se retrouve de nouveau le 21 septembre pour manifester contre la nouvelle loi proposée par le gouvernement. Cette fois-ci, rien de particulier proposé par le cortège de tête (rappelez vous de la chouette cantine du 12 septembre...). Dans cet article sera raconté comment s’est passée la manif et quelques propositions pour rendre encore plus chouette notre cortège agrémenteront le tout.

E Brezhoneg


11eur d’ar mintin. ‘Giz soñjet araok dont da blasenn ez eus nebeutoc’h a dud. E gwirionez n’eus ket bet kement a drouz evit ar vanifestadeg-se hag an hini aozet ar sizhun paseet. Leuniet eo ar straed e-kichen ar maezioù frank alato. Tud o huchal er mikroioù a zo. Mod all, n’eo ket ken trouzus evit ar poent.

Un nebeut munutennoù war-lerc’h e erru ar vanifestadeg skolveuriek. Fumigennoù e vez gwelet en he zouez. Banderollennoù damheñvel hag ar wech all a zo ha ganti ivez, nebeutoc’h a dud. Buan a walc’h en em gavomp an holl asambles e penn ar vanifestadeg. Ha setu kroget an dibunadeg...paneve servij urzhiañ ar CGT o klask laoskaat ac’hanomp hon unan pell dac’houto. Eũrusamant e teu sklaer buan a walc’h ne c’hellomp ket mont kuit hep bezañ staget dac’h ar re se. A hed an dibunadeg e vezo dleet deomp klask leuniañ al lec’h etrezomp dre baouez da vale pe dre ledanañ hon strolladoù.

Muioc’h a artifisoù a zo ar wech-mañ. Un uhelgomzer a skign kanaouennoù mil brudet evit tommañ an aergelc’h. Stlakadegoù e klevomp. Huchadennoù a wechoù met pas kement ha se. Un nebeut studierien, sindikalourien, tud gant pe hep ul labour a zo en hon touez. E penn an dibunadeg e tleomp kontañ 500 a dud d’an nebeutañ, marteze 1000 hervez ar mareoù. Trokein deomp e welomp miliadoù a dud. 2000 pe 3000 e tleent bezañ kredabl bras.

Evit ar wech-mañ eo divizet bale dre an tro bras. Azalek ar c’haeoù e komañs an atalier livajoù gant un nebeut re. « En marche vers la chute » a zigas ur stil nevez war ur savadur publik. Hag a hed ar gerzhadeg e teu splann n’eo ket hiriv e c’hellimp mont e kreiz-ker Roazhon. Un tachenn ruz eo bet savet daou vloaz zo ha ne seblant ket bezañ echu ar gustumaj nevez-se, kaoc’h ki gwenn ha kaoc’h ki du ! Tañpir a zlee soñjal an dud, kustumet gant al linennoù poliserien a bep kroazhent moarvat.

Bali Janvier e kerzhomp buan a walc’h ennañ. Spi hon eus e vezo moaien ober un eil dro. Pa’z erruomp er c’hroazhent etre ar bali-se hag ar ru Marechal Foch e tivizomp mont a-gleiz ha gortoz a-hont evit ma vije tout an dud kelaouet evit an eil dro ha prest d’en em gavout ganeomp. N’eo ket sklaer sklaer da belec’h ez imp. D’an nebeutañ e welomp dremmoù laouen dre adkomañsiñ gant an eil dro. Memes prenestrer ar c’hef labour-douar a selbant kontant. Ken laouen int e tivizont en em skrivañ warno « le deuxième tour à Rennes, une instituion ! ».

Pa teu sindikalourien all e krog da vezañ buhezekoc’h an eil dro-se. Huchadegoù ha stlakadegoù en hon touez evit saludiñ anezho. Ha setu paket tout asambles ha bec’h de’ĩ d’ar greiz-ker ! Bon, gleet eo koñfesiñ n’eus ket nemet etre 500 ha 800 a dud evit an eil dro. Erruet e-kichen ar pont lec’h ma oa dilagadet ur manifester bloaz hanter zo eo harzet ar vanifestadeg gant ul linennig a boliserien. Deomp war gil a ziviz an dibunadeg. Hag un tro zo graet diouzhtu war-lerc’h e straed ar Ouest-France. E foñs ar straed-se en em gav penn an dibunadeg gant ar boliserien. Ha setu ar banderollenoù lakaet fas dezho evit gareziñ ar re all ha lakaat tout an dud da dremen. Buan a walc’h e erruomp fas ar seku sokial (lec’hiet e-kichen plasenn Charles de Gaulle) lec’h ma echu an dibunadeg en ur okupiñ ar savadur-mañ ken buan ne c’hell ket bezañ merzet gant an dud kredabl bras. Da c’houde e c’hellomp drebiñ asambles e plasenn Charles de Gaulle a drugarez d’ar c’hantin staliet fas al leurenn sonerezh staliet gant an talbenn sokial. Araok e teuimp kreñvoc’h en dro ?

Un nebeut evezhiadennoù e c’hellomp sevel diwar-benn an dervezh memestra. Seblant a ra didrouz a walc’h hon dibunadeg. Pa ne vez ket a sonerezh ne huch ket kalz a dud e penn an dibunadeg. Ha pa n’eus ket a skridoù war ar mogerioù ouzhpenn e teu hon dibunadeg da vezañ diaes kompren he mesaj politik dezhi. Soñjal en dra-se etrezomp ne vije ket fall a dra-sur.

Tammañ dafaroù manifestiñ a seblant bezañ resevet mat digant an dud. Da genderc’hel !

Bale un eil dro eo plijus evel just. Soñjal e palioù resis ha simpl pe simploc’h hervez an aergelc’h e c’helljemp, neketa ?

Okupiñ ul lec’h, hag unan arouezel evit ar stourm ouzhpenn, eo brav ar soñj-se. Displegañ splannoc’h perak ha klask sevel un aergelc’h evit ma chomjemp hep bezañ trubuilhet gant ar polis e c’hellje bezañ hon pal ar wech a zeu.

Skignañ titouroù ha keleier a bep seurt e rankjemp ober moarvat. Ur varnadenn pouezus a zo e Pariz d’ar sizhun-mañ da skouer. Bez e oa un nozvezh souten da noz er paper timbr ivez, hag all hag all.

Ken ar c’hentañ tro, ar buanañ posupl evel just ! tan dezhi war al lezennoù hag al labour, ha bec’h dezhi d’an dispac’h !

En Français


11h du matin. Comme supposé avant d’arriver, il y a moins de monde. En vérité, l’info a moins circulé pour cette manif comparé à la semaine dernière. Mais bon, la rue qui borde les Champs-Libres est quand même pleine alato ! Des gens crient au micro. Mais dans l’ensemble, c’est pas encore très bruyant.

Quelques minutes plus tard arrive le cortège de la fac. Des fumigènes sont visibles. Les mêmes banderoles que la semaine dernière aussi. Un peu moins de monde. Très vite se retrouve ce petit monde en tête de cortège. Et voilà que l’on se met en jambe... s’il n’y avait pas le service d’ordre de la CGT en train de chercher à nous semer ! Et ca sera comme ça toute la manifestation, à nous d’attendre pour les forcer à redémarrer et lorsqu’on défile, essayer de remplir l’espace vide.

Il y a plus d’artifices que la dernière fois. Une enceinte diffuse des chansons mille connues pour chauffer l’ambiance. Des applaudissements se font entendre. Quelques slogans mais pas tant que ça. Des étudiant.e.s, syndicalistes, gens avec ou sans travail défilent avec nous. On doit pouvoir compter 500 personnes au moins, peut-être 1000 selon les moments. Derrière nous, des milliers de gens. Il doit bien y avoir 2000 ou 3000 personnes sans doute.

Cette fois-ci, c’est le grand tour qui est choisi. A partir des quais commencent l’atelier peintures avec quelques un.e.s. « En marche vers la chute » amène un nouveau style sur un bâtiment public. Au fur et à mesure qu’on avance, on comprend que le centre-ville, c’est pas pour aujourd’hui. Une zone rouge a été mise en place il y a deux ans et cette mauvaise habitude ne semble pas derrière nous, kaoc’h ki gwenn ha kaoc’h ki du ! Tant pis doivent se dire les gens, habitué.e.s à ces lignes de policiers à chaque carrefour sans doute.

Dans l’avenue janvier, on marche assez vite. L’espoir se répand qu’on pourra faire un second tour. Quand on arrive au croisement de l’avenue et de la rue Maréchal Foch, il est décidé de filer à gauche et d’attendre le reste des cortèges pour les inviter chaleureusement. Où va-t-on ? c’est pas très clair. Au moins, les têtes ont l’air contentes de faire un deuxième tour. Même les vitrines de la Caisse Agricole semblent contentes. Tellement contentes qu’elle l’affichent sur elles-mêmes : « Le deuxième tour à Rennes, une institution ! ».

Quand arrivent les syndicalistes, le second tour se met à prendre vraiment vie. Applaudissements, cris et slogans retentissent pour les saluer. Et c’est parti pour le centre-ville avec tout ce petit monde. Bon, on doit pas être plus de 800 maximum. Arrivé à côté du pont où la police avait éborgné l’un des notre, la manifestation est arrêtée par une petite ligne de policiers. En arrière choisi la manif. Et un tour nous amène directement dans la rue de Ouest-France. La tête du cortège se retrouve face à la police au fond de cette rue. Et hop, les banderoles sont intelligemment installées pour protéger la manif et faire passer tout le monde. Très vite on arrive en face de la sécu sociale (à coté de la place charles de Gaulle), lieu où se termine ce second tour après une rapide occupation de ce lieu. Tellement rapide qu’on se demande si les gens ont eu le temps de s’en rendre compte. Tout ce monde peut enfin se restaurer autour d’une cantine installée face à la scène musicale du Front Social sur la place Charles de Gaulle. Avant qu’on revienne plus fort ?

Quelques commentaires que l’on peut faire sur cette journée. Le cortège semble assez silencieux. S’il n’y a pas de musique, ca gueule pas beaucoup pour autant. Et s’il n’y a pas d’écrits sur les murs en plus, notre cortège en devient de facto difficile à lire. Comment diffuser notre message politique ? Ca pourrait être pas mal qu’on y réfléchisse ensemble.

Du matos pour manifester est distribué pendant le défilé. Ça a l’air de plaire, merci à celleux qui s’en occupent.

Faire un second tour c’est chouette, mais réfléchir à quelques objectifs précis et simple nous permettrait sans doute d’enclencher encore plus d’élan non ?

Occuper un lieu, qui plus est symbolique en cette période, est super chouette. Expliquer mieux pourquoi et chercher à instaurer une ambiance pour pouvoir rester sans se faire emmerder par la police pourrait être notre prochain objectif.

Diffuser des infos et nouvelles dans notre cortège pourrait sans doute être mis en plus. Y’a par exemple un procès important à Paris cette semaine. Une soirée de soutien au mouvement social rennais avait lieu au papier timbre aussi, etc etc...

Bref quelques questions sont sans doute à voir collectivement, pour que ca ait encore plus de gueule :)

A la prochaine, le plus vite possible bien sur ! Feu sur la loi et le travail, et vive la révolution !

P.-S.

Notenn expansive : D’ar luc’hskeudennerien divicher (kodakerien giz ma veze lavaret araok :) ) a zo prudant gant gwareziñ ar vanifestourien : Kasit deomp ho skeudennoù evit ma c’hellomp skeudennañ ar rentañ-kontoù dac’h ar manifestadegoù !
— 
Note d’expansive : Avis aux photographes amateurices (et prudent-e-s quand il s’agit de mettre en danger judiciairement des manifetsnat-e-s) : envoyez-nous vos images pour qu’on puisse illustrer les comptes-rendus de manif !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Syndicalismes - Luttes ouvrières » :

Prochaine AG à Rennes 2 : mardi 17 octobre à 18h

La lutte contre la Loi Travail² continue ! On se retrouve en nombre à Rennes pour discuter de la suite de la mobilisation. On compte sur tout le monde pour venir et faire tourner. Dernière info : départ jeudi 19 octobre à 10h30 de Rennes 2 en cortège pour rejoindre CDG...

> Tous les articles "Syndicalismes - Luttes ouvrières"

Derniers articles de la thématique « Mouvements sociaux » :

> Tous les articles "Mouvements sociaux"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org