[podcast] Pour la Grève

Anti-capitalisme & Multinationale Autonomie & auto-gestion Dynamiques collectives Mouvements sociaux Solidarités internationales Syndicalismes - Travail

C’est un ouvrage qui fait mouche avec l’actualité. Dans le livre « Pour la grève », qui vient de paraître, les auteurs explorent la grève sous sa dimension tactique, sensible, politique et sociale. Des pistes de réflexions à la veille de la grève générale du 5 décembre.

mix d’un podcast de RUGIR, (média militant, anticapitaliste et révolutionnaire. plutôt sur Caen)
et d’un article de Nantes révoltée

A l’occasion de la sortie de leur livre “Pour la grève“, disponible en librairie depuis le 12 septembre 2019, les co-auteurs Adrien Brault et Simon Le Roulley ont entamé leur tournée de présentation ce vendredi 25 octobre, Au Brouillon de Culture, librairie au coeur de Caen.

“Pour la grève” est édité par la maison d’édition caennaise Grévis que nous évoquions dans un précédent article.

Une présentation suivie de questions pendant plus d’une heure est disponible en format audio en deux parties sur notre site, ou bien sur notre page Soundcloud (qui permet de télécharger le podcast) que nous inaugurons à travers ce premier enregistrement.

Partie 1 : Présentation

Partie 2 : Questions et remarques

Pour plus d’information sur les éditions Grévis :
https://twitter.com/Grevisedition

https://www.facebook.com/Editions-Grevis-328795604453386/?ref=br_rs

https://editionsgrevis.com/

Ainsi qu’un article sur Rugir.fr

Quelques extraits :

« La grève est un bras d’honneur permanent. Suspendre la production, ne plus perdre sa vie à la gagner, c’est une rupture avec tout le sens qui tient le monde de l’économie. Cette gifle, répétée, affirme que l’économie n’est pas la seule chose qui importe, envers et contre tout. Tout ce qui fait tenir ce monde, c’est que pour ne pas mourir, il nous faut de l’argent. Cette peur sur laquelle s’établit l’exploitation capitaliste, nous l’avons tapie dans les plis de nos affects.

[...]

Chaque refus de ce qui nous entrave s’explique par là et porte les germes d’un antagonisme avec l’économie. Chaque refus est l’affirmation de notre inadéquation, elle est la mise à distance de l’économie, la constitution d’un espace qui s’en dégage : la grève.

Qu’on réclame un meilleur salaire ou une diminution du temps de labeur, qu’on réclame des aides
sociales ou moins d’élèves par classe, qu’on refuse une pointeuse ou le fichage policier, qu’on se lève contre la construction d’une centrale à gaz ou contre un projet d’aéroport, dès que l’on s’érige face au lissage économique de toute chose, on fait grève.

[…]

En distinguant la grève du blocage et de l’occupation […] on a construit l’idée que ce ne sont plus des individus qui font grève, mais que seul le « mouvement social » fait grève, que seul il peut bloquer, peut occuper – séparément d’ailleurs. [...] On détermine aussi qu’il faut des « représentants du mouvement social », que seul l’État juge comme tels – car il parle la même langue qu’eux – pour décider de ces moyens et de leurs fins. Pourtant cette volonté de réduire le sens de la grève est vaine. Car ce sont toujours des individus qui font grève et qui ensemble peuvent décider de ce qui a lieu.

Ce moment où le pouvoir est entre leurs mains conserve donc nécessairement sa potentialité
révolutionnaire : celui de la reprise en main du temps. En témoigne aussi, évidemment, l’incroyable basculement qu’a provoqué le mouvement des Gilets Jaunes. Ou comment tout cet ordonnancement de la lutte s’est trouvé brisé d’un coup de marteau.

[...]

C’est pourquoi suite à une grève, il n’y a pour beaucoup d’entre nous plus de retour à la normale
possible. Car, irrémédiablement, le sens que nous donnons à la vie en commun n’a pas place dans ce monde. [...] Dans cette fracture qui s’ouvre, nous voyons bien qu’il y a quelque chose de pourri dans l’organisation de la société. C’est cela que l’ordre économique doit réprimer, et c’est cela que porte en germe chaque moment de lutte. […] C’est pourquoi au fond nous lutterons pour la possibilité éternelle de faire grève. Si nous espérons bien parvenir à un renversement de l’ordre en cours, nous entendons bien que toujours se conserve cette possibilité de mettre en arrêt la norme pour la questionner. »

Adrien Brault ; Simon Le Roulley, Pour la Grève, Editions Grevis, Caen, 2019

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Syndicalismes - Travail » :

Manifestation en soutien aux soignant.es

Le 16 juin, nous étions des dizaines de milliers partout en France, pour réclamer plus de moyens, plus de postes, et de meilleurs salaires pour l’Hôpital Public. L’acte 2, c’est le 30 juin : manifestation à Rennes, 12h, esplanade Charles de Gaulle, à l’appel de l’intersyndicale SUD CGT CFTC CFE CGC FO...

> Tous les articles "Syndicalismes - Travail"

Derniers articles de la thématique « Mouvements sociaux » :

> Tous les articles "Mouvements sociaux"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter