Affaire du pommeau de douche : toucher n’est pas jouer

Rennes, 27 avril 2017, 2500 personnes défilent contre le duo à l’affiche du second tour des élections présidentielles.

Ce qui, pour le pouvoir, est proprement scandaleux c’est l’inversion des rôles qui aurait pu se produire. La situation était telle qu’un manifestant aurait pu simplement mettre sa main sur l’épaule du policier, serrer ses doigts un peu fermement et lui dire : « stop ». À ce point précis, on ne se trouve plus dans l’ordre symbolique, presque rituel des affrontements entre des lignes de policiers et un cortège de manifestants. La transgression des rôles, contenue dans ces quelques secondes, a provoqué la désactivation de la fonction policière. Certaines de leurs propriétés ont été retournées contre eux. À commencer par celle de saisir, celle qui s’exprime précisément quand ils usent de leur pouvoir d’arrestation. Les analogies de Canetti nous rappellent ce qu’il y a d’instinctif dans ce geste si banal : « L’instant du contact concrétise le dessein d’un corps à l’égard de l’autre. Dans les formes les plus inférieures de la vie, ce moment a déjà quelque chose de décisif. Il contient l’effroi le plus archaïque ; nous en rêvons ; notre vie de civilisés n’est en tout qu’un effort pour l’éviter. » Et d’ajouter : « Le contact définitif, celui auquel on se résigne parce que toute résistance, surtout future, paraît vouée à l’échec, a pris dans notre vie sociale la forme de l’arrestation. Il suffit de sentir sur son épaule la main de quelqu’un habilité à vous appréhender pour que l’on se rende d’ordinaire sans en venir vraiment aux mains. On se fait petit, on marche ; on se conduit avec résignation ; et pourtant il n’est pas toujours possible alors d’envisager la suite avec calme et confiance ». Ceci nous renvoie donc au caractère le plus originel de la police, celui qui insuffle la peur au reste de la société justement parce qu’elle peut poser la main sur chacun d’entre nous et déclarer « vous êtes en état d’arrestation »

L’inacceptable ne réside pas uniquement dans les coups qu’à reçu le motard, mais dans le simple fait que seul, face à des manifestants qui n’obéissent pas à la peur, son pouvoir disparaît. En aucun cas le policier ne risquait sa vie ; perdre sa force, tomber dans le ridicule, être mis à nu et entraîner dans sa chute toute sa fonction, cela, il n’a pu le sauver qu’en dégainant son arme. Dans sa panique, c’est la seule manière qu’il a trouvé pour rétablir l’ordre, c’est-à-dire rétablir la distance. Si ces situations sont dangereuses pour le pouvoir, c’est qu’elles appellent une désintégration du geste policier et non pas une réappropriation ou une symétrie. Intensifier les émeutes, se battre dans la rue, c’est briser la mesquinerie de la police. Cela ne peut se faire qu’en se remettant au contact, individuellement et collectivement de notre capacité de violence.

Retrouvez cet article dans son intégralité sur le site lundi.am, ainsi qu’une série d’articles sur le site expansive.info :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Politiques sécuritaires - Surveillance » :

#MeToo doit éviter le féminisme carcéral – Alex Press

Un article sur #Metoo et le féminisme carcéral, écrit il y a un an par Alex Press (rédactrice adjointe de la revue "Jacobin" et doctorante en sociologie à la Northeastern University), dont la traduction en français vient d’être publiée sur le site Solitudes...

Vincenzo Vecchi bientôt libéré ?

Les soutiens du militant italien condamné pour avoir pris part aux manifestations à Gênes en 2001 espéraient avoir gagné une première bataille judiciaire fin août à Rennes.

> Tous les articles "Politiques sécuritaires - Surveillance"

Derniers articles de la thématique « Syndicalismes - Luttes ouvrières » :

> Tous les articles "Syndicalismes - Luttes ouvrières"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org