Communiqué du CoCoCrimS à propos du procès du 21 juin

Le collectif contre la criminalisation du mouvement social revient sur l’affaire du pommeau de douche.

La décision du tribunal de Rennes, le 21 juin, de condamner lourdement les personnes arrêtées à la suite de la manifestation du 27 avril vient conclure un épisode de plus dans l’escalade et la dramatisation des dispositifs administratifs, policiers et judiciaires destinés à museler le mouvement social à Rennes.
Alors que la manifestation du 27 avril était joyeuse et spontanée, le dispositif policier, encore une fois imposant et menaçant, était destiné à empêcher physiquement toute expression du "ni Le Pen ni Macron" entre les deux tours de la présidentielle mais aussi de faire peur afin de dissuader les manifestants d’y revenir. Résultat, un cortège sous tension, sans autre issue que le pont Feval vers le sud, là où un policier a pointé son arme en direction des manifestants. Son geste a été banalisé, les manifestants condamnés...

Un mois plus tard , le 30 mai, un dispositif policier massif et coordonné est intervenu dans plusieurs domiciles avec des méthodes d’une grande brutalité, brutalité digne d’une opération contre le grand banditisme ; là encore , la dramatisation a été de mise dans l’intention de frapper les esprits, de faire peur.
Vient ensuite l’incarcération des accusés à l’issue de leur présentation en comparution immédiate : le fait de garder le silence, de demander le report de leur procès, leur a été explicitement reproché et semble justifier naturellement, pour le juge, leur mise en détention provisoire. Entorse manifeste aux droits de la défense, droits piétinés à nouveau lors d’une autre audience le 2 juin concernant la même manifestation :
deux personnes témoignant en faveur de l’accusé se voient prises à parti par le juge, menottées et éférées immédiatement devant un juge d’instruction pour faux témoignage ! Par chance, elles seront simplement désignées comme "témoins assistées".

Quant au verdict du 21 juin, la lourdeur des peines au regard de la faiblesse des accusations, le peu de consistance des charges ainsi que le recours au "profil" des accusés, marquent la volonté de faire un exemple, de taper fort afin de tenter de faire taire la contestation...

Nous ne renoncerons pas .
Nous continuerons à nous mobiliser pour la construction d’un mouvement social contre les mesures annoncées par le gouvernement Macron, et cela comprendra notre défense des camarades accusés, l’exigence de libérer le manifestant incarcéré, l’abandon des poursuites et l’amnistie pour les condamnés.

Rennes, le 3 juillet 2017. CoCoCriMS

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

De la justice en milieu militant

Texte extrait du nouveau numéro de Harz-Labour qui revient sur des faits de harcèlement et d’agressions sexuelles et sur leur gestion par le milieu militant rennais.

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org