"Cameroun : après le naufrage, l’effondrement" le 14 mars, 19h à Rennes

Que se passe-t-il au Cameroun ? Pourquoi la guerre qui y fait rage passe-t-elle inaperçue dans notre pays, qui a pourtant des liens étroits avec un régime en place depuis plus de 36 ans ? Et comment comprendre l’arrestation de plus de 200 personnes, fin janvier, dont le tort était d’avoir participé à une manifestation contestant les résultats d’une « élection » présidentielle qui n’en avait que le nom ?

Projection-débat avec Michèle Abé, coordinatrice d’un réseau camerounais d’organisations de jeunesse, le jeudi 14 mars, 19h, à La Bascule - ubuntucafé (2 rue de la Bascule à Rennes)

Contexte :

Le pays, qui n’a connu que deux « présidents » (Amadou Ahidjo de 1960 à 1982, Paul Biya depuis) est en guerre civile depuis octobre 2017, quand des groupes ont décidé de prendre les armes dans les 2 régions anglophones, après une année de répression de toute forme de protestation pacifique. La guerre se poursuit, on dénombre plus de 400 000 déplacés internes, 30 à 40 000 réfugiés au Nigéria voisin, des villages pillés et incendiés par l’armée régulière... avec laquelle la France maintient sa coopération militaire. C’est dans ce contexte qu’a eu lieu un simulacre d’élection présidentielle en octobre dernier : l’opposant principal depuis cette élection, Maurice Kamto, a été arrêté fin janvier avec d’autres cadres et militants de son parti - plus de 200 personnes en tout ! Il a été inculpé début février pour « rébellion » et « sécession » par le tribunal militaire de Yaoundé. Cela met le pays en ébullition.. et détourne de la "crise anglophone", alors que la répression aveugle se poursuit dans ces deux régions. La situation y est donc aussi grave qu’au Venezuela, mais la France a un poids beaucoup plus important au Cameroun. Le 13 février, le ministre des Affaires étrangères et européennes a déclaré devant les députés qu’il y a actuellement 12 coopérants militaires français présents au Cameroun, au titre de la Direction de la Coopération de Sécurité et de Défense (DCSD) de son ministère, mais sans préciser à quels postes et quelles autorités militaires ils conseillent.

Présentation de Michèle Abé :

A 32 ans, Michèle Gaëlle ABE fait partie de ces jeunes Camerounais.es qui n’ont connu que la présidence de Paul Biya : le chef d’État camerounais, à aujourd’hui 86 ans et officiellement réélu pour un nouveau septennat en octobre dernier, était déjà au pouvoir depuis plus de 4 ans quand elle est née. En parallèle de ses études de sciences politiques, elle a décidé de se consacrer pleinement aux multiples combats de la société civile camerounais : impliquée depuis 10 ans au sein de l’association Fondation Conseil Jeune, elle est aujourd’hui la coordinatrice d’un réseau national d’organisations de jeunesse qu’elle a contribué à structurer, la PIJEDECA*, qui s’oppose au statu quo de la gérontocratie camerounaise par la mobilisation et la participation des jeunes autour des questions politiques, économiques et sociales. Michèle milite notamment pour les droits des jeunes filles mères, pour la prise d’appui sur des valeurs traditionnelles africaines pour impulser le changement plutôt que pour justifier un immobilisme destructeur, et pour un changement radical du système électoral au Cameroun.

* PIJEDECA : Plateforme indépendante de la jeunesse pour la démocratie et la citoyenneté active

Organisation : Survie 35
survie35@gmail.com
Facebook : Survie 35

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Antiracismes - colonialismes » :

Le syndicat des travailleur.euses sans papiers de Rennes

À Rennes, depuis quelques temps un syndicat de travailleur.euses sans papiers a vu le jour. Arafan et Babeth deux des membres, ont expliqué à Cases Rebelles la naissance, le fonctionnement, les objectifs et les mobilisations à venir.

> Tous les articles "Antiracismes - colonialismes"

Derniers articles de la thématique « Solidarités internationales » :

Lancement du festival des solidarités

Le 15 novembre projection du film "Enfants reporters de guerre" en présence de la réalisatrice Khadija Al-Salami à la Maison Internationale de Rennes.

Chargement d’un container humanitaire pour Idlib

Comme chaque année, l’association "Tous pour la Syrie" va envoyer vendredi 8 novembre un container de la collecte humanitaire 2019 vers Ies zones du nord de la Syrie, alors que la région est sous les bombes russes et assiégée par les troupes...

> Tous les articles "Solidarités internationales"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org