information par et pour les luttes, Rennes et sa région

Contraceptions... "Masculines" ?

Rennes
Educations - Système scolaire Féminismes - Genres - Sexualités

Dans le cadre de la journée mondiale des contraceptions du 26 septembre, le Planning Familial 35 et Rennes antisexiste s’associe pour proposer du contenu de qualité 👌
2d article sur 4 sur les contraceptions testiculaires. Aujourd’hui on va parler des liens entre genre et pénis.

Définitions & rappels

1. Les personnes trans et non-binaires sont des personnes qui ne se reconnaissent pas dans le genre qui leur a été assigné à la naissance. Les personnes non-binaires ne se reconnaissent ni dans le genre masculin, ni dans le genre féminin.

2. Les testicules sont des organes génitaux situés dans le scrotum (petite poche ridée sous le pénis). Ils produisent des spermatozoïdes, les gamètes essentiels à la fécondation d’un ovule.

3. Lorsqu’une personne qui a des testicules a des relations sexuelles sans contraception avec une personne qui a un utérus, par la mise en contact de leurs gamètes (ovules et spermatozoïdes), ces personnes peuvent créer une autre personne ! Amazing !

Petite introduction
à propos du pénis et du genre

A la naissance, on peut constater que le bébé a un pénis rattaché au reste. C’est un attribut biologique qui avec d’autres évolue notamment à la puberté, à l’andropose,... quand les poils poussent ou que les cheveux tombent ! Avec ces attributs biologiques on sera désigné comme un "garçon", plus tard un "homme".

Ces désignations ne se réfèrent pas vraiment à ce qu’on a entre les jambes, mais plutôt au rôle et au comportement qu’on va prêter voire imposer aux personnes qui ont un pénis. Les sociétés humaines occidentales étant patriarcales, elles attribuent aux hommes des rôles privilégiés, dominants, basés sur l’exploitation des femmes et minorités de genre.

Au passage, elles leurs collent tout un tas d’injonctions et de comportements comme ne pas pleurer, être violent, aimer le foot, s’occuper du barbecue, etc.

Tous les pénis n’ont pas d’homme
(et vice-versa)

Seulement voilà, toutes les personnes qui sont nées avec un pénis et des testicules ne sont pas forcément des "hommes". Certain·es n’ont pas / ne veulent pas / abandonnent l’étiquette d’"homme" qui a été collé à leurs attributs biologiques, souvent dès la fameuse échographie du 5e mois de grossesse.

L’identité de genre n’est liée aux attributs biologiques que de façon imposée et uniquement pour des raisons d’organisation (injuste et inique) de la société (patriarcale).

Dans les personnes qui ont été assignées "homme" à la naissance, il peut y avoir : les femmes trans, certaines personnes transféminines ou non-binaires, etc. Eh oui, elles portaient un pénis, on les pensait donc biologiquement incapables de faire correctement la vaisselle ou de prendre les rendez-vous médicaux de leurs enfants.

Ces personnes, à des âges très différents et pour des raisons qui leurs sont propres, constatent qu’elles n’ont pas / ne veulent pas / abandonnent l’étiquette d’"homme". Elles peuvent s’identifier aux attributs sociaux des femmes et / ou ressentir dans leur corps qu’elles le sont. Elles peuvent aussi s’identifier en dehors de ces attributs et de ces expériences du corps et ne sont ni homme, ni femme.

Toutes ont un pénis, des testicules et des spermatozoïdes. Aucunes ne sont des hommes.

Intersexualité, genre et contraception

Les personnes intersexes naissent avec des caractères sexuels primaires et/ou secondaires, internes et/ou externes, qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps dits masculins ou féminins. Le terme « intersexe » s’emploie pour décrire une large gamme de variations naturelles du corps (plus de 40 ont été recensées). Ces variations peuvent être visibles à la naissance, être détectées dans l’enfance, apparaître à l’adolescence, être découvertes à l’âge adulte, ou encore ne jamais être découvertes.

Les personnes intersexes peuvent avoir toutes sortes d’identités de genre et d’orientations sexuelles... comme tout le monde ! Il existe des femmes intersexes, des gays intersexes, des personnes non-binaires intersexes...

Des personnes intersexes peuvent avoir des spermatozoïdes et donc avoir besoin / choisir de recourir aux méthodes de contraceptions testiculaires.

Sexualité, fécondité, contraception

On l’a rappelé : on obtient un beau bébé en mélangeant des spermatozoïdes et des ovules.
On l’a rappelé : des personnes qui ne sont pas des hommes ont des pénis, des testicules et des spermatozoïdes.

Si ces personnes ont des relations sexuelles sans contraception avec des personnes qui ont un utérus et des ovules (et qu’elles ne prennent pas d’hormones), elles peuvent donc, on l’a rappelé, faire naître une autre personne.

Amazing ! Ou pas... D’où l’utilisation d’une contraception si l’on ne désire pas faire naître une autre personne.

Alors ? Contraception masculine ou testiculaire ?

Le terme de "contraception masculine" est beaucoup employé pour désigner la contraception thermique (en remontant les testicules dans le corps, leur température est trop élevée pour permettre la spermatogenèse qui ralentit très fortement, voire s’arrête). Il pourrait tout aussi bien désigner en fait toutes les contraceptions qui agissent sur les spermatozoïdes : vasectomie et préservatif étant les plus courantes.

Mais (gros) problème :
Si je ne suis pas un "homme" et que j’utilise ces contraceptions, suis-je obligé·e de me coltiner le qualificatif de "masculin" pour parler de ma contraception et/ou m’informer ?

Contraception testiculaire.
C’est simple. C’est tout.

Utiliser le terme de contraception "masculine" lorsqu’on se réfère aux contraceptions qui scientifiquement, techniquement, biologiquement, physiologiquement (y’a pas de mention inutile) agissent sur les spermatozoïdes c’est :

  • Reproduire l’automatisme de notre société patriarcale qui attribue le masculin aux testicules et aux pénis.
  • Confondre encore des attributs biologiques et des attributs sociaux / culturels.
  • Inclure une notion totalement sociale / culturelle / construite bref, non-nécessaire et hors sujet dans la désignation d’un procédé purement technique et scientifique.
  • Imposer du masculin aux personnes transféminines et non-binaires à travers leurs attributs biologiques. Et Iels n’en veulent pas.

Pour Rennes antisexiste, la désignation "contraception(s) testiculaire(s)" plutôt que "masculine" participe de ne pas faire de ces méthodes une question exclusivement masculine.
Nous pensons d’ailleurs qu’aucune question ne devrait être pensée exclusivement par des hommes cisgenre dans une société patriarcale.

"Contraception testiculaire" est une désignation précise scientifiquement et qui politiquement ne place pas les hommes cisgenres seuls et / ou au centre de quelque chose, de façon injuste et aveugle, excluant et invisibilisant des identités transgenres et intersexuelles comme le fait déjà notre société patriarcale et ses valeurs que nous souhaitons combattre.

Permanence sur les
contraceptions testiculaires

Si tu souhaite avoir plus d’infos sur le sujet et échanger avec des personnes contracepté·es, tu peux venir à la permanence de Rennes Antisexiste.

  • C’est tous les 1er mardi de chaque mois (la prochaine est donc le 3 octobre). Ça se passe au 22 rue de Brest - sonne au "0080" à "planning".

Pour suivre notre page insta : @rennesantisexiste

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Educations - Système scolaire » :

La contraception des hommes cis et le "syndrome du Nice Guy"

Dans le cadre de la journée mondiale des contraceptions du 26 septembre, le Planning Familial 35 et Rennes antisexiste s’associe pour proposer du contenu de qualité 👌 3e article sur 4 sur les contraceptions testiculaires. Aujourd’hui on va parler du "syndrome du Nice Guy"

Contraceptions... "Masculines" ?

Dans le cadre de la journée mondiale des contraceptions du 26 septembre, un article commune du Planning Familial 35 et de Rennes antisexiste sur les liens entre genre et pénis.

> Tous les articles "Educations - Système scolaire"

Derniers articles de la thématique « Féminismes - Genres - Sexualités » :

La dinette des tantes - mars 2024

Chaque mois on te propose un petit temps chill entre pédales, bi.es, en questionnement... Ce temps est en non mixte entre pd, bi.es, en questionnement (sans meufs cis), meufs trans, personnes transfem bienvenues ! Au Bocal (2 allée de Finlande, Rennes) le dimanche 10 mars à partir de 17h

Alerte sur l’hébergement d’urgence en Ille-et-Vilaine

Des directives préfectorales ont annoncé une réduction du nombre de nuitées hôtelières d’urgence. Aujourd’hui, c’est un manque de plus de 200 places à l’échelle du département. Nous réclamons pour les victimes de violence le droit fondamental à être protégées, et à protéger leur·s enfant·s...

> Tous les articles "Féminismes - Genres - Sexualités"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter