En Russie, il suffit d’être étiquetté "terroriste" pour finir en prison

Politiques sécuritaires - Surveillance Répression - Justice - Prison

"En raison de la nature des accusations, ainsi que de la position sociale totalement marginale des accusés, il n’y a aucune chance que des actions de solidarité visibles soient organisées ou même envisagées."

En avril 2017, un attentat à la bombe a eu lieu dans le métro de Saint-Pétersbourg. L’explosion a fait 16 morts et 103 blessés.

Selon l’enquête préliminaire, l’attentat-suicide a été perpétré par Akbarzhon Dzhalilov et organisé par le groupe djihadiste "Katibat al-Tawhid wal-Jihad" composé de combattants ouzbeks, actifs en Syrie, auparavant avec le soutien d’Al-Qaïda. Le groupe n’a toutefois pas revendiqué la responsabilité de l’attaque.

Les services de sécurité russes ont arrêté 11 suspects. Ils ont été condamnés en décembre dernier. Tous ont nié les accusations. L’organisation de défense des droits de l’homme Memorial considère que le procès est douteux. Parmi les condamnés, le plus susceptible d’avoir participé à l’attentat est Abror Azimov, qui a été condamné à la prison à vie ; il a transféré de l’argent à Dzhalilov à plusieurs reprises. Le frère d’Abror, Akram, a été condamné à 28 ans de prison. Il a apporté de l’argent à son frère depuis la Turquie, mais rien ne prouve qu’Akram savait à quoi était destiné l’argent.

Les autres condamnations reposent sur des bases encore plus faibles. Shokhista Karimova, 48 ans, a été condamnée à 20 ans de prison pour avoir activé sur son propre téléphone portable la carte SIM utilisée par Abror pour les transferts d’argent. Elle l’avait fait à la demande d’Abror. Sodik Ortikov, 41 ans, a été condamné à 22 ans de prison pour avoir passé un appel test sur le téléphone de Karimova dans le cadre de ce processus d’activation.

Sept travailleurs migrants qui avaient séjourné dans un appartement sur Tovarishchesky Prospect à Saint-Pétersbourg ont été condamnés à des peines de prison allant de 19 à 28 ans. Un seul d’entre eux connaissait Dzhalilov. Certains des résidents de cet appartement n’étaient pas là lorsque les "autorités" se sont présentées, ils n’ont même pas été interrogés. Le simple fait de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment fera la différence entre 19 à 28 ans de prison, ou la liberté.

Selon l’enquête préalable au procès, des armes et des explosifs ont été trouvés au domicile de presque tous les accusés. Les militants des droits de l’homme affirment que ces découvertes semblent avoir été mises en scène. Trois des personnes arrêtées ont été torturées dans une prison secrète gérée par les services de sécurité dans la région de Moscou.

Tous les accusés sont originaires d’Asie centrale, dont beaucoup appartiennent à la minorité ouzbèke, de la ville d’Osh. En 2010, entre 400 et 2000 membres de cette ethnie ont été tués dans des attaques menées par des gangs appartenant à l’ethnie majoritaire kirghize. Ainsi, les accusés appartiennent au groupe ethnique le plus marginalisé de l’ancienne Union soviétique. En raison de la nature des accusations, ainsi que de la position sociale totalement marginale des accusés, il n’y a aucune chance que des actions de solidarité visibles soient organisées ou même envisagées.

Les attaques armées et les discours de haine sont beaucoup plus fréquents en Russie que dans n’importe quel pays de l’UE. Ils ont fait l’objet d’un traitement systématique au cours des 20 dernières années. Dans certains cas, les problèmes ont été résolus ; cependant, il existe suffisamment de "données de terrain" en Russie pour que quiconque s’intéresse aux erreurs et aux abus qui peuvent être commis lorsque des lois antiterroristes et anti-haine sont promulguées et appliquées.

Antti Rautiainen

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Politiques sécuritaires - Surveillance » :

> Tous les articles "Politiques sécuritaires - Surveillance"

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

Free Party Redon
Le parquet classe l’affaire
La presse enquête

La nuit du 18 juin 2021 près de Redon, 250 gendarmes avaient "sécurisé" la Free Party en lançant 1700 grenades lacrymogènes et de "désencerclement" sur une foule de jeunes venus danser. Un jeune homme avait eu une main arrachée. La presse refait l’enquête et révèle les propos guerriers de...

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter