Envoyé spécial dans les milieux de soutien aux migrant·e·s dijonnais

Arrivé à Dijon pour filer un coup de main lors de l’ouverture d’un squat, j’ai pu assister à une série d’actions qui ouvrait une nouvelle séquence de mobilisation des personnes exilées hébergées aux Tanneries depuis trois mois.

Petite mise en contexte de la situation dijonnaise :

Ces dernières années, de nombreuses occupations de bâtiments vides en vue d’accueillir des personnes laissées à la rue se sont succédées à Dijon, toutes suivies d’expulsion.
Au début de l’été, le XXL, bâtiment occupé depuis 2 ans par des personnes exilées, est expulsé par la préfecture. Environ 80 personnes se retrouvent sans logement et sont accueillies en tente à l’Espace Autogéré des Tanneries, dans des conditions très précaires. Un autre bâtiment, avenue de Stalingrad, est ouvert mi-août, mais appartenant au ministère de l’intèrieur, la préfecture s’autorise à l’expulser au bout de dix jours sans décision judiciaire. Retour aux Tanneries donc.

Avec l’arrivée de l’hiver et du froid, la nécessité s’est fait sentir d’ouvrir un nouveau lieu afin de mettre à l’abri ces demandeurs d’asile, qui se retrouvent tous à un stade différent de la procédure, voire pour certains qui ont été déboutés. Contrairement à la situation rennaise, où les collectifs de soutien adoptent comme stratégie principale de faire pression sur les pouvoirs publics, ici, les camarades ne portent pas de revendications auprès des autorités mais ouvrent directement des lieux pour répondre à l’urgence de mise à l’abri des personnes.

Première phase : dépôt de plainte contre le proc’ & prises de parole

La première action qui ouvrait cette séquence fut le dépot de plainte contre Éric Mathais - procureur de la république - et Bernard Schmeltz - Préfet de région - pour violation de domicile, suite à l’expulsion illégale du squat de Stalingrad au mois d’août. Cette action en justice pour expulsion illégale est assez rare pour être soulignée. J’essaierai de suivre la procédure et de vous tenir informer de la suite des évènements. En tout cas, il était assez plaisant de lire à la une du torchon local, le Bien Public (ou BP pour les intimes), le lendemain : "les squatteurs portent plainte pour violation de domicile".
Ce sont les habitants qui portent plainte et deux associations du collectif Soutien Asile 21 (SOS refoulement et la Ligue des Droits de l’Homme) se portent parties civiles.

Le collectif Soutien Asile 21 est composé de nombreuses associations dijonnaises, qui va d’Amnesty International au RESF, et dont on peut lire la liste ici. Parmi les 40 associations, toutes soutiennent politiquement les ouvertures, mais sur le terrain ce ne sont que quelques militant·e·s qui se relaient.

La deuxième action pensée était la présence et des prises de parole des personnes exilées lors d’un petit festival de musique, le Tribu, organisé le 5 octobre sur Dijon :

Puis, les personnes exilées sont intervenues lors du rassemblement en soutien à l’Aquarius le 6 octobre, qui a réuni 400 personnes place de la libération : Là, le discours des membres des associations s’est voulu apolitique et a proné pour valeur minimale la non-assistance à personnes en danger. Pas vraiment à la hauteur des enjeux...

Deuxième phase : ouverture de l’ancienne CPAM de Chenôve

Depuis le mercredi 3 octobre, un petit groupe de personnes exilées occupe l’ancienne sécu d’une petite ville de la banlieue de Dijon, Chenôve. L’ouverture officielle est décidée collectivement lors d’assemblées où les personnes exilées prennent une part active aux décisions, et où un réel effort de traductions et de transmissions d’informations a lieu. Le jour est fixé au dimanche 6 octobre, jour de marché à Chenôve. Et jour de la fête paroissiale où le curé a accueilli deux visiteurs, habitants du nouveau squat :

Afin de prévenir une nouvelle expulsion illégale, un appel à soutien est fait sur le site d’informations locales, dijoncter.info.
L’accueil des voisin·es est plutôt favorable, de nombreuses personnes viennent déposer des dons. Néanmoins, quelques visites désagréables se succèdent aussi. Notamment, la visite du propriétaire, M. Coursin, homme d’affaire verreux du coin, qui essaye de forcer le portail, vocifère après les nouveaux habitants et fait semblant de s’effondrer en criant à la preuve d’une agression. Ridicule !

C’est après le passage de l’huissier de justice, qui certifie une procédure judiciaire et l’impossibilité d’une expulsion immédiate, que je me décide à repartir, y a du boulot aussi à Rennes avec l’occupation de la fac par les personnes exilées à la rue !

Prochain reportage à Caen au sein de l’assemblée contre toutes les expulsions et parmi les personnes exilées qui tentent de passer en Angleterre depuis le petit port de Ouistreham.

Sources :

P.-S.

Le reportage sur les collectifs de soutien aux migrants à Caen à lire ici, et pour Rennes

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Migrations - Luttes contre les frontières » :

Festival des Solidarités

Pour promouvoir et célébrer une solidarité ouverte au monde et aux autres. Le Festisol se déroulera du vendredi 16 novembre au dimanche 2 décembre.

> Tous les articles "Migrations - Luttes contre les frontières"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

Rassemblement + Pique-Nique de soutien pour la Grande Ourse

La grande ourse passe en procès le mardi 6 novembre au Tribunal d’Instance d’Angers. Rassemblement contre l’expulsion des réquisitions, qui mettent des personnes à l’abris, ici ou ailleurs, contre la crise de l’hébergement d’urgence, contre la crise de l’accès au logement...

> Tous les articles "Logement - Squat"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org