Fil Info du mouvement à Rennes dans l’éducation

Fin novembre, le syndicat lycéen UNL a lancé un appel à bloquer tous les lycées de France le 30 novembre contre la politique ultralibérale du gouvernement et plus spécifiquement contre le Service national universel et la réforme du lycée.
Depuis, plusieurs lycées se mobilisent à Rennes, et la fac de Rennes 2 s’y est mise aussi.

  • Blanquer annule !

    Pour la deuxième année consécutive, le ministre de l’éducation se débine à la dernière minute sous la pression des collectifs de luttes de l’EN et annule sa venue au forum Vivre Ensemble !
    Il a préféré aller se cacher derrière 10 000 flics à Souillac avec Macron...
    https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/education-nationale-le-ministre-jean-michel-blanquer-annule-sa-venue-rennes-6178896

  • Appel à grève et manif vendredi 18 pour la venue de Blanquer

    Le ministre de l’éducation est censé intervenir pour le forum vivre-ensemble au couvent des jacobins, un collectif appelle à réaction ce jour-là :

    https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-greve-et-manifestation-un-appel-se-mobiliser-vendredi-dans-l-education-nationale-6171798

  • Prochaine AG à Rennes 2 : mercredi 16 janvier à 12h45

    🚨 Nouvelle Assemblée Générale de Rennes 2

    On la disait essoufflé mais samedi dernier la mobilisation des gilets jaunes a rebondi et n’est pas prêt de retomber. Pendant ce temps là les lycéens-nes annoncent de nouveaux blocages et les étudiants-es étrangers préparent de nouvelles actions !

    Poursuivons la mobilisation contre la hausse des frais d’inscription, la suppression de la compensation, la nouvelle réforme de l’assurance chômage, la réforme du BAC, ParcourSup...

    Pour toutes ces raisons, on se retrouve pour une nouvelle Assemblée Générale mercredi à 12h45 dans le hall du bâtiment L !

    #PARTAGEZ #INVITEZ #LIKEZ

  • Prochaine AG : mardi 8 janvier

    1ère ASSEMBLEE GENERALE DE LUTTE de l’année 2019 !

    Malgré la pression sociale le gouvernement continu sa politique :

    - Hausse des frais d’inscription, ParcourSup, réforme du BAC, projet de fusion et privatisation de l’enseignement, répression des mouvements sociaux, réforme de l’assurance chômage, augmentation des prix et baisse des allocations...

    REJOIGNEZ le Comité de mobilisation Rennes 2 pour organiser la lutte.

    Pour être nombreux-se PARTAGEZ et INVITEZ vos contacts !

    RDV à 12h45, hall L, Université Rennes 2

  • la jeunesse est al en ville !

    Après le blocage d’au moins 6 lycées, de Rennes 2 et le débrayages de pas mal d’autres, il y aurait plus de 2000 lycéen.ne.s et étudiant.e.s en ville selon le syndicat Solidaires étudiant.e.s.

    Pour les retardataires, suivez l’hélico !

  • Rendez-vous à 11h à République

    un rdv circule, mais vu la capacité d’improvisation des lycéens, ça pourrait bien partir plutôt. Pour les retrouver, suivez l’hélico !

  • OPÉRATION #MardiNoir

    Demain, mardi 11 décembre, appel à bloquer les lycées dans tout le pays.
    La fac de Rennes 2 est bloquée et doit le restée, prochaine AG jeudi 10H.
    Les lycéens.nes bloquent et manifestent depuis une semaine contre la réforme du Bac, la Sélection, le Service National Universel et la vie chère, soutenons-les face à la répression !
    Tous-tes ensemble dans la rue, BLOQUONS TOUT !

    >>> RDV 6H Métro Villejean pour les étudiants-es
    > Renforcer les barricades de la fac et soutien aux lycéens.nes sur les différents blocus.

    >>> RDV 10H Place de la République pour former un cortège
    > Convergeons avec les lycéens.nes pour manifester ensemble.

    MACRON T’ES FOUTU LA JEUNESSE EST DANS LA RUE

  • Blocage et AG à Rennes 2 et dans des lycées rennais

    AG en cours à Rennes 2 (12h). La présidence ne retente pas le coup de force cette fois ci et annuel les cours.
    Les Lycées VHB, Emile Zola, Coetlogon, Pierre-Mendes France, Charles Tillon et Anita Conti sont également bloqués depuis ce matin.

    Posted by Assemblée générale - Rennes 2 on Sunday, December 9, 2018
    A lire sur Facebook
  • Blocus lycéens ce matin : le mouvement grandit !

    A lire sur Twitter

    Mobilisations à :
    - Zola
    - VHB
    - Anita Conti (Bruz)
    - Joliot-Curie
    - Chateaubriand
    - Théodore Monot (Le Rheu)
    - Mendes France
    - Descartes
    - Charles Tillon

    A l’échelle de l’État, L’UNL (une des petites orgas lycéennes) parle de 700 lycées mobilisés. Le ministère en PLS ne donne pas de chiffres !

    Manif en cours en centre ville (11h).
    Des gendarmes mobiles sont présents à Rennes pour réprimer les manifs, que tout ceux et celles qui le peuvent descendent dans la rue soutenir les lycéen.nes !

    12 h : les lycéen.nes investissent Rennes 2 :
    https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-des-amphis-de-rennes-2-bloques-par-des-lyceens-et-etudiants-6115804?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

  • Blocage de Rennes 2 voté pour lundi

    On a hâte de voir si l’administration de Rennes 2 essaie de s’y opposer cette fois-ci...

    Les autres décisions de l’Ag :

    • Soutien des bloquages des lycées > Adopté
    • Soutien à la manif > Adopté
    • Soutien du bloquage de la DRAC par la CIP et la CGT spectacle > Adopté
    • Comob à 16h > Adopté
    • Condamnation des violences policières > Adopté

    Grosse AG à Rennes 2 aujourd’hui donc. Avec une manif sauvage dans Rennes où près de 1000 étudiant·es et lycéen·nes sont allé·es débrayer de nombreux bahuts : Joliot-Curie, Zola, Jean Macé, Chateaubriand et Coëtlogon ... Le lycée Anita Conti à Bruz était aussi bloqué aujourd’hui !
    Prochaine AG lundi midi à la fac !

    Et bonne nouvelle : les lycéen·nes du Mans ont effectué une belle autoréduc au Lacoste du centre-ville ! Croco Forever !

Journée d’action le 17 janvier, grève massive le 24 janvier

Communiqué de l’intersyndicale du second degré et des organisations lycéennes

Les organisations syndicales des personnels et des lycéens font l’analyse que les réformes des lycées généraux et technologiques, de la voie professionnelle et du baccalauréat vont accroître les inégalités et la sélection entre élèves et établissements. Des remontées des académies, il se dégage une cartographie profondément inégalitaire de l’offre de formation. On peut ainsi évoquer de multiples situations où l’accès aux enseignements se restreint fortement. La liberté de choix laissée aux élèves et aux familles tant vantée par le ministre n’est qu’un leurre et fait courir le risque d’enfermer certains jeunes dans des impasses. Les choix de parcours sont étroitement corrélés aux choix que les élèves devront faire dans Parcoursup.

Dans l’enseignement professionnel, la réduction des horaires d’enseignement des disciplines générales pénalisera les élèves et compromettra leurs poursuites d’études. Les secondes organisées en familles de métiers impliqueront une dé-professionnalisation des filières professionnelles. Dans l’enseignement agricole ces réformes vont jusqu’à remettre en cause la présence d’une voie générale.

Le baccalauréat, tel que le ministre l’a imposé aux élèves et aux personnels, par l’importance qu’il donne au contrôle local via le contrôle continu, va se transformer en diplôme local.

Jean-Michel Blanquer prétend que ces mesures feraient accord dans la communauté éducative. Or, les mobilisations des personnels et des élèves qui ont eu lieu en fin d’année se poursuivent, des mouvements tels que celui des stylos rouges se développent, sans aucune réponse du ministre. Pire, le gouvernement et le ministre accentuent même un discours uniquement sécuritaire et cherchent même à museler la contestation ; ainsi, une collègue a été convoquée pour avoir critiqué la politique gouvernementale, et l’article 1 du projet de loi dite sur l’école de la confiance vise à accentuer les moyens de pression sur les personnels en attaquant leur liberté d’expression. Les organisations lycéennes n’ont toujours pas été reçues par le Ministre.

Ces réformes se placent dans un contexte de préparation de rentrée marqué par l’amplification des suppressions de postes dans le second degré alors qu’il accueillera davantage d’élèves à la rentrée 2019. Les conditions de travail des élèves et des personnels vont continuer de se détériorer. L’augmentation importante des heures supplémentaires censée pallier les 2 450 suppressions d’emplois dans le second degré ( 50 dans l’enseignement agricole) ne fera qu’alourdir la charge de travail des personnels et laissera des établissements en difficulté. Pour contraindre les personnels à effectuer ces heures supplémentaires, le ministre entend même modifier les textes statutaires en portant à 2 le nombre d’heures supplémentaires obligatoires. Dans les collèges, les effectifs dans les classes vont continuer d’augmenter. Dans les lycées, la conjugaison de la mise en place de la réforme des lycées et des suppressions de postes conduira à une « optimisation » des moyens par une augmentation du nombre de classes à plus de 35 élèves. Dans la voie professionnelle, la réduction de l’équivalent de 9 à 11 semaines de cours sur le cursus Bac pro et de 2 à 6 semaines pour les CAP permettra aussi au ministre de supprimer des postes.

Les organisations lycéennes UNL et FIDL et syndicales CGT Éduc’action – SNES, SNEP, SNUEP, SNETAP de la FSU - Sud Éducation – SNCL FAEN – CGT AGRI, SIES dans la poursuite des actions déjà menées et en convergence avec les actions menées dans l’enseignement supérieur, entendent amplifier ensemble la mobilisation.

Elles appellent les personnels à un processus de mobilisation passant par des actions diversifiées (organisation de rencontres avec les parents et élèves, motions en CA, interpellations des élus etc.).

Dans ce cadre, elles appellent lycéens et personnels à une journée nationale d’actions le 17janvier, afin de construire une grève massive le 24 janvier pour :

- le retrait de la réforme des lycées, du baccalauréat et de Parcoursup,
- l’abandon du projet de service national universel
- l’arrêt des suppressions de postes
- l’augmentation des salaires
- le respect de la liberté d’expression et de manifestation.

Elles invitent les assemblées générales à débattre des suites de l’action.

Elles proposeront cette grève à l’ensemble des organisations syndicales.


Tract diffusé à Brequigny

Cette année, dans la continuité de la réforme sélective qu’est ParcourSup, le gouvernement renforce son tri social.

Il y a d’une part les réformes du bac et des filieres S, L et ES :

* Suppression des filières
* Mise en concurrence des lycéens.nes
* Hiérarchisation des lycées selon la classe sociale des élèves
* Contrôle continu déterminant la valeur de votre bac en fonction de la valeur de votre lycée
* Imposition dès 15 ans des choix de parcours.

A terme, avec ces réformes c’est la fin de l’accès aux études supérieures pour les classes populaires.

Il y a d’autre part les réformes des filières professionnelles et technologiques :

* Suppression de 60 pourcent des enseignements généraux entrainant une perte de la valeur du diplome.
* Transformation du statut de lycéen en celui de salarié
* Précarisation du lycéen.ne une fois qu’il se retrouve sur le marché du travail

Dans le meme esprit que la loi Travail on ajuste la formation aux besoins du marché, au détriment de l’intérêt pour un metier ou de la qualification du travailleur avec, bien sur, une exploitation inclue.

Parrallèlement, le Service National Universel sera appliqué a l’égard des jeunes a partir de 16 ans :

*Hypocrisie du gouvernement par rapport aux coûts budgétaires du projet (2,7 milliards) face au manque de moyen de l’Éducation Nationale.
*Obligation de participer.
*Engagement volontaire d’exploitation qui se fera concrètement dans les nombreux secteurs en crise.

Ainsi le gouvernement embrigadera la jeunesse sous prétexte d’une implication citoyenne.

Toutes ces réformes s’inscrivent dans la dynamique de précarisation et de sélection du gouvernement Macron. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous lycéens.nes bloquons le lycée general, techno et pro de Brequigny ; afin de contester ces lois qui nous prennent a la gorge.

Nous lycéens.nes appelons a une Assemblée Générale de Lutte.

Les lycéens.nes de Rennes mobilisés.


L’appel de l’UNL

Contre les politiques jeunesses discriminantes et precarisantes reprenons la rue le 30 novembre

La politique ultra-libérale portée par le Président de la République E. Macron, au mépris des citoyen⋅ne⋅ns, n’a fait que les précariser davantage. Casse des droits des travailleu·se·r·s, hausse de la CSG, mise en concurrence des ambulanciers. L’augmentation des taxes carburant est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Le gouvernement entend faire payer plus à celles et ceux qui, faute d’accès aux transports en commun, sont contraint.e.s d’user de leur voiture pour se rendre au travail, à l’école, accomplir les tâches du quotidiens. Il aurait ainsi été plus pertinent, au nom de l’écologie, de développer les transports en commun, et de ne pas mener une réforme SNCF mettant à mal notre réseau ferroviaire.

Finalement, la colère générale qui émane est légitime à prendre la rue et à se faire entendre. Les lycéen⋅ne⋅s tiennent à rappeler que la jeunesse aussi est en colère, car depuis un an et demi elle est attaquée, bafouée, oubliée, humiliée, une simple variable d’ajustement pour le gouvernement. La sélection à l’université a laissé des milliers de lycéen·ne·s sans université au début de l’année scolaire. La réforme du baccalauréat et du lycée impose un lycée à la carte mais accroît les inégalités. La réforme de la voie professionnelle offre de la main-d’oeuvre gratuite et docile au patronat. Depuis le début du quinquennat, nous avons réclamé un investissement dans l’éducation. En guise de réponse nous avons perdu 2650 postes d’enseignant⋅e⋅s dans le secondaire. Pourtant, le Gouvernement est en capacité de débloquer 3 milliards d’euros dans un Service National Universel (SNU) rejeté par l’ensemble des organisations de jeunesse françaises. Nous remettons sérieusement en question la cohérence du Gouvernement

Notre droit à l’accès à l’éducation est attaqué ; notre droit à l’avenir est remis en doute, notre liberté de choix est entravée. A travers ces réformes lycéennes, le gouvernement ne fait qu’accroître la reproduction des inégalités sociales, et appauvrir les lycéen⋅ne⋅s.

Puisque notre avenir se joue maintenant, que nous ne voulons plus le voir se détruire par des politiques hors sol, nous appelons à nous mobiliser. Nous ne voulons plus être les ignoré·e·s de ce quinquennat. Nous exigeons que le Gouvernement respecte et suive l’avis des jeunes dans leur réforme. Notre système éducatif est à améliorer, mais cela doit se faire au travers de politiques adaptées, qui doivent passer en amont par :

- L’abrogation de la loi ORE, de la sélection à l’entrée de l’université,

- La suppression de la réforme du baccalauréat et du lycée,

- La suppression de la réforme des lycées professionnelles

- L’annulation du projet du SNU,

- Un budget à hauteur des moyens afin de créer les infrastructures nécessaires à l’accueil de tou·te·s les lycéen·ne·s, mais aussi de postes d’enseignant·e·s, d’AED, de CPE ect

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Educations - Système scolaire » :

> Tous les articles "Educations - Système scolaire"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org