information par et pour les luttes, Rennes et sa région

Projection de NOME de Sana Na N’Hada en sa présence le 31 mars à 18h

Rennes // Centre-ville
Antiracismes - colonialismes Cultures - Contre-cultures Guerres - Armement

« NOME » DE SANA NA N’HADA : CRÉER UNE HISTOIRE DÉCOLONISÉE AVEC SES PROPRES MYTHES
Projection de NOME de Sana Na N’Hada en sa présence le dimanche 31 mars à 18h au cinéma Arvor

En présence de Sana na N’Hada, réalisateur ; d’Olivier Marboeuf, producteur et de Sarah Salem, monteuse du film.

Synopsis : Guinée-Bissau, 1969. Une guerre violente oppose l’armée coloniale portugaise aux guérilleros du Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée. Nome quitte son village et rejoint le maquis. Après des années, il rentrera en héros, mais la liesse laissera bientôt la place à l’amertume et au cynisme.

Fiction - Distribué par The Dark - Sortie 13 mars 2024 - 1h52
AVEC : Marcelino Antonio Ingira, Binete Undonque et Marta Dabo
SCÉNARIO : Virgilio Almeida et Olivier Marboeuf, d’après une idée originale de Sana na N’hada
Coproduit par Spectre productions, aidé par Bretagne Cinéma.
Soutenu par L’ACID

"NOME" DE SANA NA N’HADA : CRÉER UNE HISTOIRE DÉCOLONISÉE AVEC SES PROPRES MYTHES

"Le film est à la fois beau comme un songe, et aussi cruel qu’un conte…Nome est une coproduction portugaise, française, bissaoguinéenne et angolaise. C’est une fiction tournée en Guinée-Bissau écrite en partie d’après les souvenirs de son réalisateur Sana Na N’Hada, qui filma, avec celle du Cap Vert, la révolution armée et anticoloniale de son pays (1963-1974).Nome se déploie sur trois parties : la description d’une vie de village, les combats et l’exode rural d’une partie de la population, l’après-révolution et l’urbanisation de la société…Autant pour des raisons économiques que par soucis esthétique et éthique, un film de guerre avec un minimum de représentation de celle-ci et le faire depuis le point de vue exclusif des bissaoguinéens et non depuis celui des colons portugais. Ce point de vue est aussi une « rencontre » alors que les films tournés depuis le point de vue des non blancs sont rares ou peu visibles… Nome est donc une occasion de se raconter, de créer une histoire décolonisée avec ses propres mythes, celle d’hommes et de femmes qui se battirent pour une Guinée libre dans laquelle il n’y aurait plus « ni messieurs, ni blancs, ni noirs ».
Issu d’un dossier consacré au film : https://filmsenbretagne.org/nome-de-sana-na-nhada-creer-une-histoire-decolonisee-avec-ses-propres-mythes/

dimanche 31

Projection de NOME de Sana Na N’Hada en sa présence le 31 mars à 18h

Cinéma Arvor

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Cultures - Contre-cultures » :

Alternati’Bounce La boum du zbeul

En ce 21 mars, on célèbre les luttes et on fait la fête tous·tes ensemble : Alternatiba Rennes et La Disqueuse s’associent pour vous présenter la Boom du Zbeul aux Ateliers du Vent !

> Tous les articles "Cultures - Contre-cultures"

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armement » :

Palestine : « Nous avons dans nos corps des balles occidentales »

Prolongations du mois décolonial. Prises de notes sur la conférence du 20 mars dernier à l’université de Rennes 2 de l’avocat palestinien Raji Souran qui a aidé l’Afrique du Sud à porter plainte contre Israël pour génocide auprès de la Cour Internationale de Justice.

> Tous les articles "Guerres - Armement"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter