information par et pour les luttes, Rennes et sa région

Rassemblement contre la dissolution des Soulèvements de la terre

Rennes
Ecologies - Aménagement du territoire Répression - Justice - Prison

À l’heure où les nappes du pays sont à vide, où les forêts brûlent, les oiseaux disparaissent et les bocages se rétractent, le gouvernement multiplie les opérations de répression contre celles et ceux qui défendent le vivant. La dissolution des Soulèvements de la Terre, retardée depuis plusieurs mois, a été annoncée pour demain. De plus, ce matin, ce sont plus d’une quinzaine de personnes qui ont été arrêtées à travers la France.

  • Communiqué des Soulèvements de la Terre

    Plus de 15 personnes arrêtées ce matin : les Soulèvements de la terre dénoncent une nouvelle opération de communication pour tenter de faire taire un mouvement populaire.

    Tôt ce matin, au moins 18 personnes ont été arrêtées et mises en garde à vue dans une dizaine de lieux différents à travers la France, notamment à Notre-Dame-des-Landes. Cette opération policière de grande envergure - à la veille de la dissolution annoncée des Soulèvements de la terre - est avant tout une opération de communication et d’intimidation contre le mouvement social dans son ensemble.

    Les motifs ne nous sont pas encore entièrement connus, mais ont été mentionnés par les forces de l’ordre durant leurs interventions notamment l’action contre l’usine Lafarge à Bouc-bel-air en décembre dernier et la manifestation de Ste Soline.

    Rien ne permet d’affirmer à ce stade sur quels éléments matériels se fonde la procédure, cependant nous avons pu constater que des moyens relevant de l’anti-terrorisme ont été employés pour défendre les intérêts de ceux-la même condamnés pour financement du terrorisme et nuisant au plus haut point aux conditions d’habitabilité sur Terre.

    La SDAT (Sous-Direction Anti-Terroriste) était présente lors de certaines arrestations. Certaines personnes sont aujourd’hui-meme détenues dans les locaux de la sous-direction anti-terroriste à Levallois-Perret. Lorsque Darmanin traite le mouvement écologiste d’eco-terroriste, il entraîne une intensification des pratiques répressives avec l’utilisation des moyens anti-terroristes.

    Il y a celleux qui veulent empêcher la destruction du vivant et ceux qui l’exploitent et le ravagent. La disproportion de la vague répressive en cours ne peut qu’alerter sur la gravité du basculement autoritaire en cours.

    Ces arrestations confirment la fébrilité du gouvernement et sa crainte d’un mouvement toujours plus populaire et légitime. À l’heure où le réchauffement climatique s’accélère, où l’agro-industrie et les lobbies s’approprient l’eau et les terres, l’urgence est à une réappropriation collective des biens communs et à un partage des ressources qui se raréfient.

    Rien n’arrêtera celles et ceux qui se soulèvent contre cette injustice flagrante. Nous le savons, la véritable association de malfaiteurs, c’est celle entre le gouvernement, le lobby agro-industriel et le secteur du BTP qui est en passe de détruire la terre de manière irréversible.

    Essayer de faire taire les Soulèvements de la terre est une vaine tentative de casser le thermomètre plutot que de s’inquiéter de la température.

    Nous rappelons que nous soutenons les actions passées comme futures pour le partage de l’eau et des terres, qu’elles sont fatalement amenées à s’amplifier tant que les responsables continueront leurs destructions et leurs accaparements.

    De notre côté, nous préparons notre défense contre la dissolution, loin des épouvantails créés par la communication gouvernementale. Nous rappelons la présomption d’innocence des personnes arrêtées. Nous irons devant la justice et croyons dans la possibilité d’une victoire juridique pour casser cette décision inique, comme ce fut le cas pour d’autres dissolutions pour motif politique des dernières années.

    Nous dénonçons notamment l’arrestation d’un des portes paroles des Soulèvements de la terre invité au même moment dans plusieurs médias. Cette arrestation, la veille de la publication du decret de dissolution, vise directement à l’empêcher de s’exprimer publiquement : une tentative inacceptable de museler la liberté d’expression. La notification de dissolution lui avait été remise personnellement. Cela constitue une entrave au contradictoire lors de cette procédure de dissolution que nous ne laisserons pas passer.

    • Nous appelons à maintenir et amplifier les rassemblements prévus partout en France devant les préfectures dès demain soir, le 21 juin à 19h
    • Mais aussi le 28 juin au soir partout en France également.

Si l’État leur reproche d’avoir participé à l’action de désarmement de l’usine Lafarge à Bouc-Bel-Air et à la manifestation de Sainte-Soline, nous devons voir cette nouvelle vague d’arrestation pour ce qu’elle est : une tentative de déstabilisation du mouvement des Soulèvements de la Terre à la veille de sa dissolution. Cela fait suite aux arrestations d’il y a deux semaines, où toutes les personnes arrêtées ont été relâchées sans poursuite, et s’inscrit dans un contexte plus global d’intimidation du mouvement social : à Rennes, ce sont 6 personnes qui ont été perquisitionnées et arrêtées il y a un mois pour tenter de donner matière aux fantasmes policiers d’association de malfaiteur.

Pour autant, la prétention de dissoudre un soulèvement pour les terres et pour l’eau est toujours aussi cynique que concrètement irréaliste. Si le gouvernement veut rendre effective cette dissolution, ce sont des dizaines de milliers de personnes partout en France qu’il devra arrêter demain pour maintien ou reconstitution de ligue dissoute. Des dizaines de milliers de personnes désormais habituées et résolues à désobéir pour faire obstacle au ravage. Avec ou sans l’étiquette des Soulèvements, le mouvement pour la défense des terres ne s’arrêtera pas. Les occupations, les blocages et les désarmements, entre autre actions collectives directement impactantes, sont devenues une nécessité vitale contre l’écocide en cours. Ils vont continuer de se multiplier et de se banaliser. Au fond, si le gouvernement a décidé aujourd’hui de nous dissoudre, c’est parce que nous sommes parvenus à instaurer un rapport de force populaire face au secteur du BTP et au complexe agrochimique. S’ils cherchent à nous bâillonner c’est parce que nos actions mettent à nu l’association de malfaiteurs que constitue ce gouvernement avec les industries les plus toxiques du pays. C’est parce que nos actions démontrent qu’ils n’ont plus - et qu’ils n’auront plus - le champs libre pour tout ravager impunément.

Rendez-vous à Sainte Anne à 19h, Mercredi 21 juin, soir de la fête de la musique pour un rassemblement et une déambulation festive contre la dissolution des Soulèvements de la Terre et pour la libération immédiate de toustes les interpelé·es.

Et la semaine prochaine, nous continuons à nous organiser, rendez-vous mardi 27 juin, à 18h30 au Centre Culturel le Triangle, pour l’Assemblée mensuelle des Soulèvements de la Terre à Rennes.

Nous sommes toutes et tous les Soulèvements de la Terre !

mercredi 21

Rassemblement contre la dissolution des Soulèvements de la Terre

Place Sainte-Anne

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Ecologies - Aménagement du territoire » :

> Tous les articles "Ecologies - Aménagement du territoire"

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

« SDAT is the question »

Comment la 18e chambre correctionnelle du Tribunal Judiciaire de Nanterre prolonge la fonction punitive de l’intervention de la Sous Direction Anti Terroriste, alias la SDAT dans des enquêtes portant sur des dégradations.

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter