Récit post-XXL. La vie aux Tanneries, puis quoi ?

On n’est pas visible, au fond de l’impasse de la rue des Ateliers.
Un après-midi de canicule, à l’ombre de l’unique arbre du terrain on a posé des questions sur le présent et sur l’avenir aux habitants expulsés du xxl. C’était pas un exercice habituel pour tous les gars qu’on a « interviewé » . On a discuté tranquillement, et petit à petit ils ont commencé à nous répondre…..

(article tiré du site d’info dijonnais https://dijoncter.info)

Le 11 juillet au matin, le squat des migrants du XXL a été expulsé alors même que des négociations pour son rachat étaient engagées. Depuis la plupart des habitants se sont installés dans l’Espace Autogéré des Tanneries

Quinze jours, 80 personnes. Chaque recoin des Tanneries est utilisé. Des matelas partout où il peut y en avoir, l’espace extérieur est devenu un camping, la dalle se transforme tous les soirs en terrain multi-sport foot-basket-babyfoot, cartes et lessive.
Des équipes tournantes font bouffe et ménage, on prend les repas dans la halle et on fait quelques chantiers collectifs.
Le quotidien roule au mieux qu’il pourrait mais il nous semble difficile d’envisager que la situation s’étire sur de longs mois. La vie se bricole avec une seule douche - qui a une fuite sur laquelle on s’arrache les cheveux depuis des jours - des espaces de sommeil qui n’en sont pas, peu de possibilités de passer un moment en plus petit comité. Et vivre en tente à Dijon l’hiver semble peu envisageable.
Mais aussi, on est content, nous, aux Tanneries, d’avoir un espace qui nous permette cet accueil. Et puis en même temps, on se dit que ça les arrangent bien la mairie, la pref, le proc et tous leurs co-gestionnaires, de ne pas se retrouver avec des tentes sur un trottoir ou dans un parc.
On n’est pas visible, au fond de l’impasse de la rue des Ateliers.
On a discuté un moment avec les gens ex-XXL, un après-midi de canicule, à l’ombre de l’unique arbre du terrain. On a posé des questions sur le présent et sur l’avenir. C’était pas un exercice habituel pour tous les gars qu’on a « interviewé » . On a discuté tranquillement, et petit a petit ils ont commencé a nous répondre…..

H.
– Comment ça se passe ici ? Au quotidien ? Est ce que pour vous c’est bien d’être ici ? Est ce qu’il y a des problème ? Sinon tu dis ce que tu veux.

J’ai pas beaucoup de choses à dire, mais moi ce que je trouve c’est qu’ici on est vraiment nombreux et .. ba.. jsais pas mais après jsais pas on attend jusqu’à ce qu’on aura un nouvel squat.
Ici c’est dur, chaque jour des nouveaux gens qui vient. Ici ce n’est pas une maison d’habitation hein c’est pour ça moi je préfère qu’on aura un nouveau squat pour accueillir tous le monde comme on fait avant.

– Tu voudrais quelque chose comme le XXL ?

Oui exactement.

- Le xxl vous étiez plus comme dans votre maison ?

Oui ça ressemble un peu à ça, Le XXL c’est notre lieu d’habitation et on peut accueillir des gens. Y’a de la place, c’était un peu comme si on est chez nous.

– Tu peux nous expliquer comment maintenant vous vous organisez ici aux Tanneries ?

Oui ici, je peux expliquer. Parfois on fait le menagement, on a des listes on a écrit les noms dessus, quel jour qui va faire les ménages. On a fait des petits groupes pour faire les ménages.
Pour les repas c’est pareil, exactement. On a des petits groupes qui font à manger.

– C’est quoi qui change par rapport au XXL ? Est ce que ça change quelque chose pour vous d’être la ?

Bah bien sur. Du coup XXL c’était un squat pour les gens, les demandeurs d’asile et plus ceux qui n’ont pas de logement où dormir. Ici c’est pas un squat, c’est plutôt chez quelqu’un je trouve.

– Tu as le droit de dire si ça ne te va pas d’être d’ici, nous on est pas vexées. Pour de vrai, on comprend que ça peut être chiant d’être la. Et souvent on se dit que vous osez pas nous dire parce que aussi on vous accueille. Mais la imagine qu’on est pas des gens des Tanneries.

Personnellement, moi d’être la ça me dérange pas du tout. Sauf que je trouve que nous ici, même la nuit on dort pas beaucoup, on fait du bruit.
Ici y’a des gens qui dorment tôt, qui se lèvent le matin et puis ils ont des choses à faire dans la journée. Et moi je trouve qu’on peut déranger un peu les gens.

- Est ce que tu peux nous dire combien il y a de gens qui dorment dedans ? Combien en tentes ?

En tente avant hier c’était 13 mais la je sais pas si ça a augmenté ou pas. Je connais pas exactement le total des personnes mais quand même vraiment c’est beaucoup. A l’intérieur c’est pareil, il y a plus de place, c’est beaucoup. [n.d.r : entre 75 et 80 personnes vivent aux Tanneries actuellement]

– Et si on trouve pas de nouveau squat ?

Ah c’est une très bonne question. Je ne sais pas, peut être on peut organiser autre chose mais moi ce que j’espère c’est qu’on aura un nouveau squat. Ça sera bien.

Lire la suite sur : dijoncter.info

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Migrations - Luttes contre les frontières » :

> Tous les articles "Migrations - Luttes contre les frontières"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

> Tous les articles "Logement - Squat"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org