11 septembre : manif à Lannion contre le pillage du sable coquillier

Lannion
Ecologie
1 complément

La Compagnie Armoricaine de Navigation (filiale du groupe Roullier) a renforcé son monopole sur l’extraction du sable de la côté bretonne avec dernièrement un permis d’exploitation dans la baie de Lannion (dune sous marine La pointe d’Armor, 4km2). Le Tribunal administratif de Rennes a définitivement clos les recours contre ce permis lundi 5 septembre avec le rejet du référé-suspension déposé le 3 août, entraînant la première extraction par le Côtes de Bretagne dans la nuit de mardi à mercredi...

Cela fait 4 ans que le collectif Peuple des Dunes en Trégor et l’Association Peuple des Dunes de Batz à Bréhat se battent contre ce projet d’extraction de sable qui va ravager la côte à l’image de la privatisation de l’espace public à Saint-Briac-sur-Mer (château du Nessay).

Comme l’explique le collectif sur son site, le projet consiste à :

extraire 400000 m3 de sable coquillier par an sur une période de 20 ans, soit au total 8 millions de m3, d’une dune sous marine située à la « pointe de Lannion » à moins d’un kilomètre de deux zones classées Natura 2000 dont celle de la réserve des sept iles, sanctuaire d’oiseaux marins. Ce sable coquillier est censé servir à l’amendement des sols pour la culture maraîchère. La demande de la CAN fait suite à l’interdiction faite par l’Europe de l’extraction du maerl afin d’éviter la destruction d’habitats marins. La zone que convoite la CAN est un endroit où vivent et se développent notamment les lançons qui sont à la base de la nourriture de nombreux oiseaux marins, de poissons tels le lieu jaune et le bar et des poissons plats tels la barbue et le turbot. Cette zone est critique pour les pêcheurs professionnels qui y passent plus de la moitié de leur temps de pêche et y placent leurs casiers. Elle est également une zone fréquentée par les pêcheurs plaisanciers et les plongeurs soient plus de 10000 personnes par an.

Fin 2014, la CAN a modifié les paramètres de sa demande. Les conditions d’exploitation retenues par le ministère sont :

- un volume d’extraction de 50000 Tonnes la première année et ne dépassant pas 250000 Tonnes
- pas d’extraction pendant les mois de Mai à Septembre
- une autorisation d’extraction renouvelable annuellement

Le projet, comme le prévoit la loi, a fait l’objet d’un décret ministériel et d’une autorisation d’ouverture des travaux signé par le Préfet du Finistère à la fin de l’année 2015 (voir rubrique références). Le décret a en outre instauré un comité de suivi.

La CAN à la pêche, nous aussi

L’extraction de sable dans la baie de Lannion, en face de Plestin-les-Grèves, Trébeurden, Locquirec, Locquémeau... a commencé dans la nuit de mardi 6 septembre. C’est la CAN, compagnie armoricaine de navigation, filiale du groupe Roullier, qui a effectué ce pompage et débarqué son chargement à St Malo. Là, se trouvent le siège du groupe, des immenses quais de déchargement et la principale usine de transformation du sable de la TIMAC, autre filliale Roullier.

Le jour suivant, avant minuit, le bateau de la CAN, le Côte-de-Bretagne, est reparti pour une deuxième opération de pompage et a déposé son butin au port industriel de Tréguier, le lendemain matin. Sable destiné à être transporté par camion jusqu’à l’usine TIMAC de Pontrieux. Ce jour là, jeudi 8 septembre, nous étions une trentaine à envahir les bureaux de la TIMAC à Pontrieux, là où le sable est transformé en engrais. Nous avons perturbé le fonctionnement de l’usine pendant deux heures pour exprimer notre colère face au début de l’entreprise destructrice de la CAN. Au même moment, alors que le Côte-de-Bretagne déchargeait le sable à Tréguier, une dizaine de personnes opposantes se sont rassemblées aux abords du quai pour observer les manoeuvres. Des gendarmes, gardes mobiles et policiers portuaires ridiculement nombreux sécurisaient le site.
Suite à la mobilisation du 8 septembre, la CAN a déclaré dans un communiqué qu’il n’y aurait pas d’extraction dans les jours à venir. Mais il reste à l’entreprise de Roullier, une autorisation de 20 jours de pompage avant fin 2016. Et de nombreux autres pompages en perspective si leur autorisation est reconduite. De nouveaux recours juridiques vont être déposés au conseil d’Etat. Mais pour l’instant, les voies juridiques se montrent insuffisantes pour stopper l’extraction. Alors perturbons, bloquons, sabordons, manifestons, inventons des manières de stopper la catastrophe.

Alors qu’une nouvelle phase de la lutte commence, différentes initiatives vont voir le jour dans les semaines qui viennent.
Nous appelons toutes les personnes et collectifs à construire ensemble, dans la diversité des pratiques de luttes, une opposition solidaire et déterminée.

Quelques dates :

  • Dimanche 11 septembre : le Peuple des Dunes appelle à un rassemblement à Lannion à 11h devant la mairie, pendant que les élus opposés à l’extraction se réunissent.
  • Lundi 12 septembre : Action contre l’extraction rendez-vous à 9h à Lannion, au parking de Kermaria.
  • Jeudi 15 septembre : Participons à la rentrée sociale contre la loi travail pour exprimer notre refus des politiques socialement et écologiquement dévastatrices. Lannion, maison de l’emploi, 11h.

Par voie de mer ou de terre, Roullier dégage ! Résistance et sabordage !

Le grain de sable dans la machine (graindesable@riseup.net)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Ecologie » :

Voir la Prévalaye menacée

La Prévalaye est un espace naturel en bordure de Rennes, menacé par les aménagements urbains de la Métropole. RDV le vendredi 25 septembre à 16h

> Tous les articles "Ecologie"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter