information par et pour les luttes, Rennes et sa région

La contraception des hommes cis et le "syndrome du Nice Guy"

Rennes
Educations - Système scolaire Féminismes - Genres - Sexualités
1 complément

C’est quoi être gentil ?

La liste des exemples pourrait être longue mais en voici quelques uns tirés de la page en anglais de Wikipédia "Nice Guy" : être aimable, doux, empathique, agréable, sensible, poli. Un mec gentil rends service, fournit du soutien émotionnel, ... dans un cadre romantique il est honnête, respectueux, loyal. Etc. etc.

Et donc ?

Et donc être gentil et avoir le "syndrome du gentil garçon" (ou "syndrome du Nice Guy") sont deux choses... fondamentalement différentes.

Un mec qui a le syndrome du Nice Guy est gentil tout pareil qu’un gentil garçon... MAIS (ainsi le formule Daisy Letourneur sur son blog La Mecxspliqueuse) :

"Le Nice Guy a l’air gentil mais avant même qu’il se révèle complètement pour ce qu’il est (un gros misogyne), on peut flairer le Nice Guy à son fumet misandre. Le Nice Guy croit à une histoire, un mythe, dans lequel il est un héros avec un ennemi naturel, le Bad Boy".

Elle poursuit :

"Mais le Nice Guy se révèle vraiment quand on lui dit non. Parce qu’il est tellement persuadé d’être différent, et parce qu’il a une vision transactionnelle des relations humaines, il est persuadé qu’en se montrant un minimum décent envers une femme, il a mérité des relations sexuelles et/ou romantiques avec elle.

Mais ce sont les autres
qui sont méchants, hein."

Attention !

Si tu fais des recherches sur le syndrome du Nice Guy, tu vas aussi tomber sur des définitions et des méthodes bien misogynes et bien sexistes : le gentil garçon est un mec trop gentil qui ne sera considéré que comme un ami et malheureusement tombera dans la "friendzone" : il n’aura donc pas accès aux rétributions sexuelles et / ou romantiques.

Aussi le "gentil garçon" est, d’après ces définitions, quelqu’un qui ferait tellement tout pour avoir quelque chose en échange qu’il s’oublie, ne sait pas poser ses limites, se dévalorise : c’est une victime. Elles reconnaissent les possibles comportements néfastes associés tels que la malhonnêteté ou l’agressivité lorsqu’il n’obtient pas ce qu’il veut et proposent des "méthodes" pour construire une confiance en soi et affirmer ses besoins et limites.

Le problème c’est qu’elles passent toutes par l’affirmation ou la reconquête d’une "masculinité positive", toujours hétéro, chacun bien dans son rôle de genre, ni trop "Nice Guy", ni trop "Bad Boy", juste ce qu’il faut... pour séduire. On ne sort donc ni des rôles genrés, ni de l’attente d’une rétribution sexuelle / romantique.

" Je suis féministe tu sais,
je suis contracepté"

Hum...
"Il n’est pas suffisant d’être bien élevé et bienveillant pour mériter quoi que ce soit dans la vie.

Vous n’êtes pas un féministe juste parce que vous traitez votre copine et votre maman à peu près correctement, pas plus que vous n’êtes un grand humaniste juste parce que vous ne donnez pas de coups de pied aux SDF dans la rue."
(Daisy Letourneur)

On veut en venir au fait que se contracepter n’est EN RIEN et d’AUCUNE FAÇON un gage de sincérité dans les raisons pour lesquelles on le fait ni un totem d’immunité au jeu des bons et mauvais comportements proféministes / antisexistes.

Se contracepter en tant qu’homme cis ne t’empêchera jamais d’attraper le syndrome du Nice Guy, en clair, d’être "un gros misogyne".

Alors ? Tous les hommes cis
doivent-ils se contracepter ?

Ça dépend. Le choix d’une contraception relève d’un arbitrage qui prends en compte des contraintes liées à la charge contraceptive, à des raisons "médicales", physionomiques etc. Et d’ailleurs, tout le monde ne ferait pas spontanément confiance à un homme cis pour assurer la contraception (et ça se comprend).

Mais la question n’est pas bonne.

En voici une version meilleure : Tous les hommes cis doivent-ils se poser la question de leur contraception ?

Cela fait partie de ce que l’on appelle "la charge contraceptive", et les hommes cis l’esquivent bien souvent en disant par exemple : "ouais t’inquiètes dès qu’il y a la pilule pour les hommes je la prends direct" ou alors "c’est un truc de filles la pilule et tout".

Le "syndrome de faire l’autruche
devant un privilège sexiste"

Les contraceptions testiculaires existent déjà bel et bien. Si on le sait et qu’on esquive la question de se contracepter d’une façon ou d’une autre, on choisit de conserver son privilège sexiste, on fait l’autruche devant une solution concrète de répartition de la charge contraceptive.

La contraception est un choix qui doit être discuté avec ses partenaires sexuel·les. Quoi ? Qui ? Comment ? Pourquoi ?

Se poser les bonnes questions
et ne rien attendre en retour

La question est de savoir si les hommes cis sont capables d’abandonner (un peu de) leurs privilèges afin de prendre en charge tout ou partie de la charge contraceptive. Sans aucune rétribution, bien sûr (ni bisous, ni cookies, ni rien).

A la question que formule Daisy Letourneur :
"Qu’avez-vous fait dernièrement pour détruire la masculinité toxique et abolir le patriarcat ?"
Une réponse pourrait être de parler avec sincérité et sans rien espérer en retour de charge contraceptive avec ses partenaires sexuel·les.

Et peut-être, d’abandonner le privilège sexiste de ne pas se soucier de sa contraception ?

Permanence sur les
contraceptions testiculaires

Si tu souhaite avoir plus d’infos sur le sujet et échanger avec des personnes contracepté·es, tu peux venir à la permanence de Rennes Antisexiste.

  • C’est tous les 1er mardi de chaque mois (la prochaine est donc le 3 octobre). Ça se passe au 22 rue de Brest - sonne au "0080" à "planning".

Pour suivre notre page insta : @rennesantisexiste

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 14 septembre 2023 à 19:05, par Pomme P

    Hello ! Je sais que votre journal est local, mais je suis tombé·e sur votre chouette article et j’habite dans une autre région de France, c’est sûrement le cas d’autres personnes.

    Je me dis que ce serait chouette d’ajouter à la fin de l’article un lien vers le site du collectif ZéroMillions qui tient à jour une liste des collectifs de contraception testiculaire sur sa page d’accueil : https://zeromillions.lautre.net/

    Ce n’est qu’une suggestion bien sûr :)
    Bonne journée
    Pomme

Derniers articles de la thématique « Educations - Système scolaire » :

La contraception des hommes cis et le "syndrome du Nice Guy"

Dans le cadre de la journée mondiale des contraceptions du 26 septembre, le Planning Familial 35 et Rennes antisexiste s’associe pour proposer du contenu de qualité 👌 3e article sur 4 sur les contraceptions testiculaires. Aujourd’hui on va parler du "syndrome du Nice Guy"

> Tous les articles "Educations - Système scolaire"

Derniers articles de la thématique « Féminismes - Genres - Sexualités » :

« Les algériennes entendent toujours lutter pour leurs droits »

Prolongations du mois décolonial en mars à Rennes. Retour sur les échanges du 7 mars dernier avec la réalisatrice Alexandra Dols sur son film-témoignage « Moudjahidate » à propos des luttes pluriels des algériennes engagées dans le FLN-ALN contre l’occupant français.

> Tous les articles "Féminismes - Genres - Sexualités"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter