Préfecture - Rectorat : la brutalité envers les lycén·nes n’a plus de limite !

Rennes
Educations - Système scolaire Répression - Justice - Prison

Aujourd’hui, jeudi 3 février, les lycéen·nes du lycée Bréquigny à Rennes se sont une nouvelle fois mobilisé·es et ont bloqué leur établissement.

Alors que les élèves entendaient dénoncer les violences policières dont elles et ils ont été victimes la semaine dernière et au mois de juin dernier, ainsi que la multiplication de protocoles sanitaires désastreux qui nuisent à leur scolarité, rectorat et préfecture répondent par une nouvelle répression brutale.

Nous constatons une nouvelle fois un traitement particulier des mobilisations lycéennes au lycée Bréquigny : répression systématique et disproportionnée s’assimilant à de la stigmatisation.
Gaz lacrymogènes, coups de matraques, charges policières sont récurrentes contre les jeunes de ce lycée.

  • A 9h, première charge policière avec recours aux gaz lacrymogènes
  • Vers 11h30, rue de Nantes, un cortège de lycéen·nes se dirigeaient en manifestation vers le centre-ville. Elles et ils ont subi une deuxième charge de la police particulièrement brutale sous la forme d’un véritable guet-apens : surgissement par surprise de la BAC, déluge de coups de matraques, élèves plaqué·es au sol, frappé·es à coups de poing et coups de pied à répétition qui ont provoqué nombre d’hématomes. Un élève a été arrêté tandis que les autres ont subi contrôle d’identité et prise de photo individuelle.

SUD Éducation 35 dénonce cette gestion répressive et brutale des mouvements sociaux, en particulier lorsqu’il s’agit de lycéen·nes souvent mineur·es.
Nous considérons que la gestion du mouvement lycéen et les méthodes policières employées ne peuvent conduire qu’à un pourrissement inquiétant de la situation.
Nous tenons le recteur et le préfet pour les premiers responsables.

SUD Éducation 35 soutient la mobilisation lycéenne et exige l’arrêt des violences et menaces à l’encontre des élèves mobilisé.es.

Notre syndicat exige qu’aucune répression, policière ou administrative, ne s’exerce sur les élèves qui défendent à raison leurs droits et leurs revendications.

SUD éducation en inter-syndicale exige de rencontrer, avec les personnels, le recteur en personne, afin qu’il s’en explique et appelle à un rassemblement devant le rectorat lundi 7 février à 10h30.

SUD Éducation 35 - Solidaires

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Educations - Système scolaire » :

> Tous les articles "Educations - Système scolaire"

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

Dans l’horreur des CRA : grèves de la faim, évasions et témoignages

Grève de la faim, tabassage et expulsions au bâtiment femmes du CRA de Mesnil. Deux retenues colombiennes et une retenue chilienne de la section femme du Mesnil Amelot ont entamé une grève de la faim depuis le 6 avril. Deux d’entre elles réclament le droit d’asile en France et la troisième personne...

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter