Séminaires "Avec Marx"

« Tout ce dont nous vivons aujourd’hui ce ne sont jamais que des miettes tombées de la table de la révolution du siècle dernier, et sur de tels morceaux nous avons assez bien mâché et remâché. »
H.Ibsen, cité par W.Benjamin, dans sa liasse sur la Commune de Paris (réédité en 2016 par les éditions Poncerq)

Jeudi 26 - Vendredi 27 - Lundi 30 - Mardi 31
19h30
Maison de la grève, 37 rue Legraverend

Invitation

Marx constitue une référence politique majeure. Mais comment l’utiliser aujourd’hui alors qu’il n’a jamais cessé de déclarer que ce sont les conditions matérielles et historiques d’une époque qui déterminent la pensée qu’elle produit ? Si son affirmation est vraie, en retour, sa pensée doit être étudiée depuis de ce qu’elle a compris et permis, en son temps. C’est justement un tel détour historique que nous proposons : non pas actualiser Marx en appliquant sa méthode à la situation actuelle – fuyons l’idéologie ! – mais cheminer avec Marx dans son époque afin de comprendre les options théoriques et pratiques qui ont mené à l’avènement d’une force révolutionnaire sans précédent. L’enjeu n’est pas simplement historique : il ne s’agit pas de brosser un tableau détaillé du XIXème siècle, ni de la vie ou de l’œuvre de Marx mais plutôt de comprendre comment il a su tenir ensemble une analyse fine des situations concrètes ainsi qu’une pensée plus globale qui permette aux diverses situations d’entrer en résonance. Ce sens historique et politique est comme une faculté que nous désirons exercer en la voyant à l’œuvre chez Marx (et Engels). Même si nous avons à faire à une situation nouvelle, même si nous défendons en partie des idées différentes, nous faisons ici le pari que cette faculté, ce muscle, qui leur a permis de penser et d’agir sur le monde, est l’un de leurs héritages le plus important. Avec cependant une précaution : si nous parlons de sens historique, nous le faisons à l’opposé de la tradition déterministe du marxisme de caserne. Faire l’histoire, pour ceux qui luttent, consistera toujours à saisir des fragments dans le passé pour ouvrir des brèches dans le présent. Pour commencer, impossible de ne pas installer le contexte historique.
(Lire la suite sur le site de la maison de la grève.)

Programme

Premier jour. Introduction : entre « l’ère des révolutions » et « l’ère du capital »

I. Le contexte historique : économie et politique.

Problème : quels sont les changements majeurs qui configurent le XIXe siècle au moment où Marx se met à écrire et en quoi favorisent-ils l’émergence d’une pratique et d’une pensée révolutionnaires ?

La révolution industrielle ou « L’ère du capital ».
« L’ère des révolutions » et le printemps des peuples.

II. Les racines intellectuelles de Marx et les fondements du matérialisme.

Problème : comment la pensée de Marx parvient-elle à analyser la situation d’une manière qui lui permette d’avoir prise dessus ?

La philosophie allemande.
L’économie anglaise.
La politique et le socialisme français.

Deuxième jour. Marx, philosophe de la praxis : de la Ligue des communistes à la Première Internationale.

Probléme : Qu’est-ce que Marx a apporté à la question du lien entre théorie et pratique par rapport aux autres penseurs socialistes ? Quelle est le rôle, en suite d’une telle pensée, a-t-il donné aux organisations ?

I. Présentation des courants et de la pensée des socialistes pré-marxistes (Dézamy, Buonnaroti, …).
II. Analyse du parcours du jeune Marx sur le lien entre théorie et pratique.
III. Lien de Marx avec les organisations de son époque : La Ligue des Communistes et la Première internationale.

Troisième jour. Le rapport de Marx avec les utopistes.

Probléme : Marx n’imagine que peu l’après du capitalisme, et il fut, dans le même mouvement un lecteur et un critique acerbe de toutes les utopies sociales de son temps. Quelle est le lien qu’il entretient avec cela, et comment rouvrir pour le présent la question du futur ?

I. Présentation des théories de Fourier, Saint Simon et Robert Owen.
II. Rapport de Marx aux socialismes utopiques.
III. Continuation de la pensée utopique : Kropotkine et Landaeur.

Quatrième jour : La Commune et le dernier Marx.

Probléme : qu’est-ce qui a permis à la Commune de l’emporter un temps et qu’est-ce qui doit nous inspirer là-dedans ? Puis, comment penser d’une part sans LE sujet révolutionnaire et d’autre part le dépassement de la multiplicité des communes rurales ?

I. Contexte historique et politique de la Commune de Paris.
II. Quelques aspects de la Commune vue par Marx.

Aspect militaire.
Aspect politique.

III. Les leçons de la Commune.

Le problème du nationalisme.
La question de l’État.

IV. De la Commune de Paris aux Communes rurales.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Derniers articles de la thématique « Syndicalismes - Luttes ouvrières » :

Il rentre sur le marché du travail à la voiture bélier

Mécontent d’être en passe de se faire radier de sa boîté d’intérim, un homme de 38 ans s’en est pris au locaux de l’agence, armé de son véhicule personnel et encouragé par 2g d’alcool par litre de sang. Celle-ci se trouvant boulevard de la Tour d’Auvergne, il n’a pu échapper aux CRS stationnés devant le...

> Tous les articles "Syndicalismes - Luttes ouvrières"

Publiez !

Comment publier sur expansive.info?

expansive.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site, voyez ici pour plus de détails !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail expansive [at] mediaslibres.org