Sept interpellations dans l’affaire du motard qui avait braqué les manifestant·e·s le 27 avril

Rennes
Répression - Justice - Prison
1 complément

Lors d’une manifestation "Ni Le Pen, ni Macron", le 27 avril, à Rennes, un motard de la police, pris à partie par des manifestant·e·s, avait sorti son arme de service au niveau du pont Féval. Il avait alors visé un des manifestants.

Ce fonctionnaire et un autre motard, présent lors de l’évènement, avaient porté plainte le lendemain pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique. L’enquête a été confiée à la surêté départementale.

Ce mardi 30 mai, sept personnes ont été interpellées à Rennes et placées en garde à vue au commissariat dans le cadre de cette enquête.

Dernière minute (31 mai) : Cinq camarades sont passés en comparution immédiate cet après-midi et ont été placés en préventive en attendant leur procès le 21 juin. Ils avaient tous demandé un délai pour préparer leur défense, avaient tous des garanties de représentation et ont tous été envoyés en prison lors d’une audience d’une rapidité sidérante. Ils ont été, en plus, divisés dans des centres pénitentiaires différents !

Une sixième personne a été présentée à un juge pour enfants et la septième libérée mardi dans la soirée.

>> Le communiqué du collectif contre la criminalisation du mouvement social

>> Le communiqué de Sud-PTT

>> L’enquête de Lundi matin

>> Communiqué des éditions Pontcerq

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par une administratrice du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 8 juin 2017 à 15:39, par

    Ils n’ont finalement pas été placés dans des centres de détention différents, ils sont tous les cinqs à Vezin-Le-Coquet. C’est une fausse information de Ouest-France.

Derniers articles de la thématique « Répression - Justice - Prison » :

Free Party Redon
Le parquet classe l’affaire
La presse enquête

La nuit du 18 juin 2021 près de Redon, 250 gendarmes avaient "sécurisé" la Free Party en lançant 1700 grenades lacrymogènes et de "désencerclement" sur une foule de jeunes venus danser. Un jeune homme avait eu une main arrachée. La presse refait l’enquête et révèle les propos guerriers de...

> Tous les articles "Répression - Justice - Prison"

Vous souhaitez publier un article ?

Vous organisez un évènement ? Vous avez un texte à diffuser ?
Ces colonnes vous sont ouvertes. Pour publier, suivez le guide !
Vous avez une question ? Un problème ? N’hésitez pas à nous contacter